Tag Archives: Emmanuel Berl et son goût inné du paradoxe et de la contradiction

En souvenir d’Emmanuel Berl – 2/2

  « Aussi mes instincts ont-ils beau me détourner de la mort, me la rendre haïssable, c’est vers elle pourtant que mon esprit incline. Elle me paraît sérieuse, et la vie non ; elle me paraît pure, et la vie non. De … Continue reading

Posted in Emmanuel Berl | Tagged , , | 11 Comments