L’Alliance des Civilisations, un énorme gaspillage.

 

La Salle «Alliance des Civilisations», à Genève, avec le plafond de Miquel Barceló.

 

Le lecteur trouvera ci-joint une traduction et adaptation de l’article de l’historien anglais Henry A. Kamen (1936) paru dans le quotidien espagnol «El Mundo» du 7 octobre 2011, sous le titre «El despilfarro de la Alianza de Civilizaciones».

 

Réduction des salaires des enseignants et des médecins, baisse des retraites, pharmaciens non remboursés, un pays qui compte cinq millions de chômeurs, des milliers de familles sans foyers ni revenus, un horizon de misère pour le pays… Telle est la radiographie de l’Espagne d’aujourd’hui avec un gouvernement qui ne fait qu’augmenter les impôts. Pourtant, en dépit de l’état des lieux, la dernière grande décision prise par Zapatero aura été de s’assurer qu’une fois parti de la Moncloa, on continuera à dépenser chaque année des millions d’euros pour financer un rêve absurde : l’Alliance des Civilisations ou AC.

 

L’AC est bien l’ultime ineptie commise par le pire chef de Gouvernement qu’ait connu l’Espagne post-franquiste. Elle fut fondée en 2005 par le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, avec le soutien de l’Espagne et de la Turquie. Selon une déclaration de Kofi Annan, l’AC prétendait «protéger efficacement des menaces contre la paix dans le monde». Avant de quitter ses fonctions, M. Annan s’assura que l’AC soit reconnue comme une agence de l’ONU, afin de lui garantir des fonds illimités.

 

Quatre ans après le 11 septembre 2001, l’AC cherchait à rapprocher les pays musulmans et l’Occident. Youpi-youpi, un nouvel organisme allait régler les problèmes du monde ! En fait, les riches États arabes (le Qatar et l’Arabie Saoudite en particulier) virent là une voie royale pour activer l’idéologie anti-israélienne. Précisons que l’AC bénéficiait aussi de l’appui de philanthropes non-musulmans comme la famille Rockefeller.

 

Cependant, l’AC restait sous le contrôle des Premiers ministres espagnol et turc, tous deux désireux de promouvoir la cause de l’Islam. Comme l’a souligné un journaliste américain, «dans la pratique, l’AC s’est avéré être un pont uni-directionnel : l’Islam était invité à se diriger vers l’Occident, tandis que l’Occident était invité à attendre et contempler». Mais comment donc avons-nous pu en arriver là ?

 

Faire la part belle à la Turquie était l’obsession de Zapatero depuis qu’un Premier ministre islamiste, Recep Tayyip Erdogan, était arrivé au pouvoir. Malgré tous ses efforts, Zapatero ne parvint pas à faire admettre la Turquie dans l’Union européenne. Aussi s’efforça-t-il de la promouvoir par le biais de l’AC. C’était en 2005. A la même date, le National Intelligence Council’s 2020 Project publia un document qui soulignait les ambitions d’une Turquie désireuse de prendre le leadership d’un nouvel Empire islamique. La pensée d’Erdogan trouvait son expression dans les vers du poète nationaliste Ziya Gokalp qu’il récitait volontiers en public : «Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les croyants nos soldats…»

 

Avec l’aide de Zapatero, Erdogan qui comptait aussi sur l’appui des États-Unis joua un rôle de premier plan sur la scène internationale ; ce dernier fut récompensé pour «services exceptionnels rendus à l’Humanité. En décembre 2010, il se rendit à Tripoli pour y recevoir le Prix Kadhafi des droits de l’homme. Mais après l’éviction de Kadhafi, Erdogan refusa de rendre au peuple libyen les 250 000 $ qui accompagnaient le prix en question, et ce malgré des demandes pressantes venues de Turquie même.

 

En septembre dernier, le Gouvernement turc adopta une attitude belliqueuse envers Israël en intensifiant les patrouilles navales en Méditerranée orientale. Tout ceci se déroula dans le cadre de l’AC et avec l’appui de Zapatero.

 

Il y a quelques semaines avait lieu à Lisbonne le deuxième Cours d’été de l’AC qui réunissait une centaine de jeunes. Son programme en était des plus instructifs avec ce thème central : «Les Musulmans en Europe». Dès le premier soir, les participants étaient invités à visiter la mosquée de Lisbonne avec ce slogan «Coeurs et esprits ouverts, nous ferons des choses ensemble». Belle parole ! Mais rien concernant les valeurs du christianisme et du judaïsme.

 

Mais le plus révoltant concernant l’AC est que Zapatero ait osé dépenser des millions d’euros, alors que le taux de chômage en Espagne était le plus élevé du monde occidental. Au début de l’année 2011, tandis que le pays était plongé dans une crise profonde affectant des millions de ses concitoyens, Zapatero continuait à injecter de l’argent dans l’AC sous prétexte de le faire au nom des Nations-Unies.

 

Qui encore avait financé en janvier 2008 le premier Forum de l’AC célébré à Madrid et réunissant quelque 900 participants ? En avril 2009, le deuxième Forum de l’AC fut célébré à Istanbul (avec Erdogan comme amphitryon) ; il réunissait près de 2 000 participants, la plupart financés par les contribuables espagnols. En mai 2010, plus de 2 000 participants, la plupart à la charge des contribuables espagnols, se réunirent pour un autre forum à… Rio de Janeiro. Beaucoup d’autres forums, congrès, réunions s’ensuivirent. Comment quantifier les millions d’euros dépensés en voyages, hôtels, repas et notes de frais diverses pour le compte de l’AC par le Gouvernement Zapatero ?

 

En début d’année, Zapatero continua à dépenser autant d’argent «pour renforcer la position de l’Espagne à l’ONU» (selon ses propres mots), projetant la création à Barcelone de l’Instituto Internacional para la Alianza de Civilizaciones, avec un budget de 20 millions d’euros sur cinq ans. De son côté, le président de la Generalitat de Catalunya, le socialiste José Montilla, s’est engagé à investir 9 millions d’euros pour réhabiliter le Pabellón Sant Manuel qui abritera le nouvel Institut. Mais quel est le but de cet Institut qui porte désormais le nom ronflant de La Universidad de las Naciones Unidas. A en croire le Conseil des ministres, il servira au «desarrollo de las capacidades y la difusión de conocimientos». Quelles capacités ? Quelles connaissances ? Cet Institut ne comptera pas moins de 120 employés et il attribuera des bourses à des «étudiants originaires de pays en voie de développement». Mais qu’en est-il des milliers d’étudiants espagnols privés de bourses ?

 

Et ce n’est pas tout : en novembre 2008, le secrétaire général de l’ONU et la famille royale d’Espagne ont inauguré la Salle Alliance des Civilisations, l’une des plus grandes salles de conférences (754 places) du Palais des Nations à Genève. Sa principale caractéristique en est le plafond décoré par Miquel Barceló. Zapatero, ou plus exactement le contribuable espagnol, finança non seulement ces travaux mais aussi l’inauguration de cette salle avec pas moins de 700 invités pour un coût minimum de 20 millions d’euros, selon le Palais des Nations lui-même.

 

Sans apporter le début d’une solution aux problèmes du monde, ce sont ainsi des millions d’euros qui ont été dépensés. Reste à espérer que le Partido Popular, favori aux prochaines élections, tapera du poing sur la table en disant : «La fête est terminée !»

 

This entry was posted in ACTUALITÉ and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to L’Alliance des Civilisations, un énorme gaspillage.

  1. Tosca says:

    “Trouver des solutions aux problèmes du monde”, c’est bien pour cette raison que nous votons pour ceux qui le dirigent, quand nous en avons le choix. Mais on grince des dents lorsque l’on découvre les chiffres, ceux de l’UNRWA en particulier : ils sont scandaleux !

    Quand aujourd’hui encore, 6 millions de personnes meurent chaque année de malnutrition, c’est encore le conflit au Moyen-Orient et le sort des Palestiniens qui fait la Une des medias. Or, le tiers de l’ensemble des budgets de l’Onu “destinés aux réfugiés” et 79,3 % des personnels chargés de porter assistance à des “réfugiés et autres personnes déplacées” étaient attribués en 2008 à 13,9 % seulement des populations concernées : les Palestiniens.

    Reste à distinguer le “réfugié” et le “déplacé” de l'”immigré” (pour raison économique le plus souvent) ou le simple descendant de l’un de ces trois dénommés car de 700 000 en 1948, ils sont plus de 4,8 millions, en 2011.

    “Ah, si seulement on parvenait déjà à se mettre d’accord sur les chiffres !”
    http://jssnews.com/2011/09/22/comment-resoudre-le-probleme-des-refugies-palestiniens-en-5-points/

  2. Nina says:

    http://www.bivouac-id.com/billets/lalliance-des-civilisations-un-organisme-qui-ne-dessert-que-lislam/

    Cette Alliance des civilisations n’est qu’une couverture pour que l’islam conquiert la planète et c’est ce que j’ai tenté d’expliquer dans le billet dont j’ai joint le lien en 2010.

    Obama a voulu intégrer cette alliance, cela en dit long sur les projets du Président mais le pragmatisme consistant à se faire réélire a freiné légèrement ses ardeurs…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*