« Je me souviens » en vrac – 3/5 (Espagne)

 

Je me souviens quand Letizia Ortiz Rocasolano est devenue Princesa de Asturias ; et quand le Principe de Asturias est devenu Felipe VI.

Je me souviens, à Córdoba, du petit verre de fino emperlé, sous le ventilateur, devant les azulejos aux tonalités de sorbets, des feuilles de papier qui se couvraient peu à peu de notes, avec ratures et becquets.

Je me souviens du Grupo Zaj et de la performer Esther Ferrer.

Je me souviens de castellets beaux comme des Spencer Tunick, beaux comme des fonds sous-marins, beaux comme des images captées par le microscope ou le télescope.

 

CastelletsUn castellets photographié en plongée

 

Je me souviens de paellas, sous un ciel lumineux, à Valencia. Je me souviens de gachasmigas, les jours de pluie, à Murcia.

Je me souviens de « Me Acuerdo » de Vico C, « Me acuerdo cuando te entregaste a mí / me acuerdo como me aferraba yo a ti / me acuerdo los dos soñando en una noche de pasión / no me escuchas, no me miras, se remuerde mi corazón. »

Je me souviens de la Generación ni-ni (ni estudia ni trabaja).

Je me souviens de riachuelos, limoneux après l’averse. Je me souviens du murmure des acequias. Je me souviens des neiges de la Sierra Nevada et, derrière, du bleu de la Méditerranée.

Je me souviens que lorsque mon fils David naquit à Córdoba, à deux pas de la synagogue, la ville embaumait l’azahar, un parfum qu’exaltait une pluie douce, si douce.

Je me souviens de l’UCD (Unión de Centro Democrático) et de son leader, Adolfo Suárez.

Je me souviens quand fut votée la Constitución española de 1978. Je me souviens que parmi ses sept « pères » figurait Manuel Fraga Iribarne.

Je me souviens de la sardana sur le parvis de la cathédrale de Valencia et de Barcelona :

https://www.youtube.com/watch?v=slnGYnt4sXY

Je me souviens quand tout le monde chantonnait « La Macarena ».

Je me souviens de Todo por la Patria aux frontons des casernes de la Guardia Civil.

Je me souviens de la Movida et d’Alaska (María Olvido Gara Jova).

Je me souviens du retour de « Guernica » de Picasso, de New York à Madrid.

Je me souviens de Naranjito, la mascotte de la Coupe du Monde de football 1982. Je me souviens de Cobi, la mascotte des Jeux Olympiques 1992.

Je me souviens que la revue « Interviú » fut l’un des principaux acteurs du destape.

Je me souviens que le nom de code Operación Galaxia est dû au fait que les conspirateurs s’étaient  réunis dans la Caferaría Galaxia, à Madrid.

Je me souviens de « Carmen » de Carlos Saura, de « Patrimonio nacional » de Luis Garcia Berlanga, de « Mujeres al borde de un ataque de nervios » de Pedro Almodóvar, de « Los santos inocentes » de Mario Camus, de…

Je me souviens de l’introduction de la I.V.A. (T.V.A.). C’était en 1986.

Je me souviens de la Unión Militar Democrática, de sa naissance et de sa mort.

Je me souviens de Fernando Rey dans la série télévisée « El Quijote » :

http://www.rtve.es/television/el-quijote/

 

Don QuichotteFernando Rey (El Quijote) et Alfredo Landa (Sancho Panza). 

 

Je me souviens de Pilar Miró, directrice générale de la chaîne publique RTVE (Radiotelevisión Española).

Je me souviens de OTAN NO.

Je me souviens des serenos — ces préposés à la surveillance nocturne — dans les villes et les villages du pays.

Je me souviens de F.R.A.P. (Frente Revolucionario Antifascista y Patriota), de G.R.AP.O. (Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre), de G.A.L. (Grupos Antiterroristas de Liberación), de J.O.N.S. (Juntas de Ofensiva Nacional-Sindicalista), de  A.A.A. (Alianza Apostólica Anticomunista ou « Triple A »), de E.T.A. (Euskadi Ta Askatasuna), de…

Je me souviens de l’assassinat par un commando de l’E.T.A. du vice-amiral Cristóbal Colón de Carvajal Matoro Hurtado de Mendoza y Peréz del Pulgar, descendant en ligne directe de Cristóbal Colón, et de son chauffeur.

Je me souviens de la Guardia Mora de Franco et de ses capes blanches.

 

Funérailles de FrancoLa guardia mora escorte le cercueil de Franco

 

Je me souviens quand le lit du río Turia, à Valencia, n’était qu’un ruban de poussière.

Je me souviens de l’incendie du Gran Teatro del Liceo, à Barcelona, et de sa lente réhabilitation.

Je me souviens de l’assassinat des marquis de Urquijo, dans leur chalet de Somosaguas. Je me souviens que leur gendre, Rafael Escobedo, surnommé « Rafi », fut accusé et qu’il se suicida dans sa cellule. Je me souviens que ce crime a notamment inspiré une série télévisée, « La huella del crimen ».

Je me souviens qu’un conseiller municipal Herri Batasuna (H.B.), de Hondarribia, fut retrouvé vivant, marqué (au feu sur le front (brûlures de cigarettes) et au fer sur la poitrine) de ces quatre lettres : G.A.N.E. (Grupo Antiterrorista Nacional Español).

Je me souviens…

Olivier Ypsilantis

This entry was posted in JE ME SOUVIENS and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*