Le « Printemps arabe » encore

Aux dernières nouvelles, les troupes de Kadhafi ne cessent de regagner le terrain perdu et l’Arabie saoudite, berceau du sunnisme, envoie des troupes au Royaume de Bahreïn, royaume dont la population est à 70% chiite. Les orages s’accumulent au-dessus du beau “Printemps arabe” !

 

 

Lorsque j’ai entendu pour la première fois l’expression “Printemps arabe”, j’ai éclaté de rire. Je tiens tout d’abord à préciser que je ne suis pas de la race des désabusés, une race que j’évite autant que possible de fréquenter. J’ai éclaté de rire parce que j’ai trouvé beaucoup de naïveté dans cette expression : elle semblait sortir d’un conte de fée. Je me suis dit, à contrecœur et comme malgré moi, que les giboulées n’allaient pas tarder.  

Le “Printemps arabe”, les Espagnols s’en foutent. Les Français quant à eux, affreusement sentimentaux lorsqu’ils s’y mettent, pensaient revivre 1789 et la prise de la Bastille, version arabe. Nicolas Sarkozy s’empressa de reconnaître comme “le représentant légitime” du peuple libyen le Conseil national de transition (CNT) qui regroupe les opposants au régime de Kadhafi.  

Mêlons-nous aussi peu que possible des affaires arabes et démêlons-nous des Arabes ! Depuis le premier choc pétrolier provoqué par l’OPEP, au cours de la guerre du Kippour (1973), nous aurions dû intensifier nos efforts pour ne plus dépendre en rien des Arabes. Les moyens financiers et techniques ne nous manquaient pas. Mais adeptes du court-terme, du très-court-terme même, nous nous sommes laissé aller : presque quarante ans après, nous dépendons encore d’eux, assez affreusement.  

L’affaire libyenne m’amuse décidemment de plus en plus. Alors que l’Europe s’apprêtait à se pencher sur les délicates fleuraisons du “Printemps arabe”, voilà que Kadhafi fait tomber la grêle… Si le bonhomme ne figure pas dans mon panthéon, il ne me déplaît pas de le voir faire des bras d’honneur en tous sens et, plus sérieusement, au pays des clans, une poigne de fer n’est pas à proscrire.     

Loin de moi l’idée de me poser en devin, mais je savais que ces fraternisations entre le peuple et l’armée qui faisaient se pâmer les Français seraient de courte durée et que les armes n’allaient pas tarder à parler. Kadhafi a donné le signal. Laissons les Libyens régler leurs comptes en privé. Nous sommes dans un pays de clans et, de ce fait, l’affaire nous échappera toujours. Tout laisse à présent supposer que si la contestation s’étend à la Syrie, le fils aura la main aussi lourde que le père, Hafez el-Assad qui, en février 1982, massacra les Frères musulmans et les habitants de Hama tenus pour complices, soit entre 15 000 et 25 000 morts. Ce “Printemps arabe” risque également de mettre à nu les rivalités Chiites/Sunnites, Iraniens/Arabes. Les manœuvres militaires saoudiennes le montrent déjà. La lutte entre les Chiites et les Sunnites pourrait être plus titanesque que la guerre Irak/Iran (septembre 1980 – août 1988). Ya d’la rumba dans l’oumma !!!

Le “Printemps arabe”, une expression pour gogos qui m’a d’emblée fait sourire et hausser les épaules. Il pourrait annoncer un affrontement majeur avec guerres civiles doublées de guerres internationales entre pays musulmans. J’ai souvent écrit que l’islam était entré dans sa phase d’effondrement gravitationnel (en astrophysique, l’épuisement des forces de pression d’un astre qui ne parviennent plus à compenser sa propre attraction gravitationnelle et maintenir un équilibre). Le monde arabe, cœur historique de cette idéologie politico-religieuse, est lui aussi soumis à ce phénomène avec une intensité particulière. Cette phase est dangereuse pour l’entourage. Aussi conviendrait-il, je me répète, que nous nous dépêtrions sans plus tarder des Arabes et, plus généralement, des Musulmans.  

Arrimons-nous donc à l’immense Russie qui va des portes de l’Europe au Pacifique ! L’Europe et la Russie constitueraient un tout organique. Que les Arabes retournent au désert dont ils procèdent et hors duquel ils semblent bien malheureux ! Fermons-nous à leurs boniments ! Cessons de leur verser un seul pétrodollar et de favoriser des groupes néfastes entre tous, des groupes qui ne peuvent que faire désespérer l’homme de l’homme, salafistes, wahabites et autre engeance ! L’immigration sélective est urgente ; mettons-la en œuvre en appliquant certains critères dont l’appartenance religieuse avec, par exemple, préférence donnée aux Chinois, Vietnamiens et Indiens (non-musulmans). On me traitera de tous les noms. Je m’en moque. J’ai des amis musulmans mais je n’aime pas l’islam ; d’autres ont des amis juifs mais n’aiment pas les Juifs ; que voulez-vous, Nobody’s perfect comme le dit le grand Billy Wilder.

P.S. Aux dernières nouvelles le G8 n’interviendra pas en Libye. Je n’ai qu’un mot à dire : OUF ! Et je viens d’éclater de rire, une fois encore, en apprenant que Kadhafi dont l’immense fortune est dénoncée par ceux-là même qui ont contribué l’air de rien à la faire, réclame à Sarkozy, en le tutoyant, l’argent qu’il devrait au peuple libyen : une histoire de financement de la campagne électorale pour la présidentielle 2007. Et finalement, en quoi nous dessert un Kadhafi au pouvoir ? Par ailleurs que savons-nous des acteurs du “Printemps arabe”, particulièrement en Lybie ?

Discussion possible avec l’auteur sur le forum : www.zakhor-online.com/forum

This entry was posted in MONDE ARABE and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*