Entrevue avec Abdelilah Benkirane


Cet article est la traduction d’un entretien entre Abdelilah Benkirane (chef du parti vainqueur aux élections législatives marocaines du 25 novembre 2011, le Parti de la Justice et du Développement, PJD) et Erena Calvo, envoyée spéciale de «El Mundo» à Rabat, un article publié le 29 novembre 2011, en page 25 de ce grand quotidien espagnol de centre-droite. Rappelons que le PJD a obtenu au Parlement 107 sièges sur 395 sièges. Gros titre de cet article : «Estoy de acuerdo con Rajoy sobre los matrimonios gays» («Je suis d’accord avec Rajoy quant aux mariages gays»). Ce genre d’article est (probablement) destiné à calmer les esprits car Addelilah Benkirane déclarait par ailleurs, lors d’un meeting de la jeunesse de son parti, en juin 2011 : «Les laïques veulent répandre le vice parmi ceux qui ont la foi. Ils veulent que dorénavant les citoyens puissent proclamer le pêché ! Ils veulent que la déviation sexuelle (l’homosexualité) se répande !» Abdelilah Benkirane a poursuivi en montant d’un ton : «Que le porteur de tels immondices se cache, car s’il nous montre sa face nous lui appliquerons les châtiments de Dieu !» Les châtiments de Dieu… Je vous laisse deviner de quoi il s’agit. Et il y aurait bien d’autres choses à dire sur le Sieur Abdelilah Benkirane… Pour l’heure, je propose au lecteur une entrevue agréablement sucrée…

 

Abdelilah Benkirane (né en 1954)

 

Mariano Rajoy (né en 1955)   

 

Vous vous attendiez à cette victoire électorale ? 

Si nous ne sommes pas surpris par cette victoire, nous le sommes par les excellents résultats obtenus. Ils ont dépassé tous nos pronostics. Je crois que si les Marocains avaient su que les résultats de ces élections allaient être respectés, ils auraient été plus nombreux à voter. S’il n’y a pas eu plus de citoyens dans les bureaux de vote, c’est parce que beaucoup n’avaient pas confiance.

 

Vous jugez donc que ces élections ont été transparentes ?

Je crois que ces élections se sont déroulées globalement avec une certaine transparence.

 

Vous avez passé quinze ans dans l’opposition. Pour entrer au Gouvernement, il vous faudra pactiser avec d’autres partis. Quelles sont vos préférences ?

Mes intentions sont de pactiser avec la Koutla (une alliance formée par l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), les ex-communistes du PPS et les nationalistes de l’Istiqlal), l’alliance de l’actuel Premier ministre. Nous désirons coopérer avec eux et ils se sont montrés favorables.

 

Si vous formez un Gouvernement, comment envisagez-vous vos relations avec l’Espagne ?  

Nous ne pouvons que maintenir de bonnes relations avec l’Espagne. Nous espérons que de l’autre côté de la Méditerranée, on envisage les choses de la même manière. Toutefois, il est possible qu’avec Mariano Rajoy les relations ne soient pas toujours faciles. Nous l’avons vu lorsqu’il était dans l’opposition ; et nous verrons comme les choses évoluent à présent qu’il est à la tête du Gouvernement.

 

Vous jugez donc que vous ne vous entendrez pas vraiment avec lui ? 

Lorsque je l’écoute, je trouve que Mariano Rajoy n’est pas très conciliant avec le Maroc, principalement au sujet du Sahara occidental (1). Il est vrai que la chose pourrait être pire. Nous avons eu de sérieux démêlés avec son prédécesseur, José María Aznar. Souvenez-vous de la prise de l’île de Leila (2). Nous espérons que la page est tournée.

 

Quelle sera votre attitude envers les jeunes du 20 Février (3)

Nous ne voyons aucun inconvénient à nous asseoir avec eux, étudier leurs revendications, être à l’écoute de leurs inquiétudes.

 

Et vous les autoriserez à manifester ? Il arrive qu’ils soient réprimés…

Je ne vois aucun mal à ce qu’ils manifestent. Ils peuvent manifester, bien sûr ! Pour ce qui est des problèmes avec la police, il y en a aussi en Espagne.

 

Le 20 Février avait appelé au boycott de ces élections, avec les islamistes illégaux de Justice et Charité (4). Que pensez-vous de ces derniers ? 

Nous sommes disposés à rencontrer leurs dirigeants afin de les légaliser. L’État a besoin de leurs fils. Ils doivent toutefois accepter le cadre constitutionnel et ne pas refuser la monarchie.

 

A propos de monarchie, est-ce que le monarque pourrait vous choisir comme Président ? Avec cette nouvelle Constitution, le chef de l’Exécutif doit être issu de la liste qui a recueilli le plus grand nombre de votes, et il aura plus de pouvoir qu’auparavant. Vous pensez que ce sera vous ? 

J’ignore si le roi me désignera. Je n’en ai pas la moindre idée. Ce choix relève de ses prérogatives.

 

Votre parti garantira-t-il les libertés individuelles dans le pays ? 

Les Marocains ont voté pour le PJD parce qu’ils n’éprouvent aucune crainte à son égard. Sur des sujets tels que l’avortement ou l’homosexualité, les choses sont claires. L’Islam n’autorise pas vraiment et n’interdit pas vraiment l’interruption volontaire de grossesse. Cette question sera débattue au Parlement.

 

Et concernant l’homosexualité ? 

Je juge que l’homosexualité est contre nature. Mais c’est un sujet privé. A chacun d’en juger. Ce qui est interdit, c’est d’afficher son homosexualité sur les places publiques. Nous sommes dans un pays musulman et l’ordre public doit être respecté. A propos du mariage homosexuel en Espagne, je suis sur ce point d’accord avec Mariano Rajoy (5).

 

Vous avez donc des points communs…

Oui, nous sommes l’un et l’autre barbus. Mais la barbe de Mariano Rajoy est plus longue que la mienne (6).

 

Vous parlez espagnol ? 

Non. Mais ma femme le parle.

 

Alors, vous inviterez Mariano Rajoy chez vous lorsqu’il se rendra au Maroc…

Bien sûr. Et n’en doutez pas, il sera le bienvenu.

 

 ✳

 

(1) Un dossier très épineux au niveau international et plus particulièrement entre l’Espagne et le Maroc. Je n’entrerai pas dans les détails de ce contentieux car cette note risquerait de peser trop lourd par rapport à l’article ci-dessus. Simplement, les politiques du Partido Popular (PP) se montrent généralement moins conciliants sur ce dossier envers les autorités de Rabat que ceux du Partido Socialista Obrero Español (PSOE), prêts à tous les arrangements. Comparer à ce sujet l’attitude de José María Aznar et celle de José Luis Rodríguez Zapatero.

(2) Les Espagnols appellent cet îlot Perejil. Le lecteur se souviendra de l’incident qui en juillet 2002 culmina par une opération militaire des forces spéciales espagnoles.

(3) Mouvement du 20 Février, un mouvement qui dénonce le pouvoir au Maroc et qui semble s’inscrire dans ledit «Printemps arabe» dont le parfum se distille à présent de l’Atlantique, avec le Maroc, au Nil, avec l’Égypte. En entendant l’expression «Printemps arabe», on est prié d’applaudir et de manifester son enthousiasme de la manière la plus bruyante, sans oublier de dilater les narines pour humer ce printemps…

(4) Un mouvement islamiste initié par Abdessalam Yassine, au milieu des années 1970, sous Hassan II.

(5) Rappelons que José Luis Rodríguez Zapatero, le chef du Gouvernement espagnol récemment congédié, a légalisé le mariage homosexuel au cours de l’été 2005, ce qui ne plût guère à Mariano Rajoy pour ne citer que lui.

(6) A en croire nombre de photographies, à commencer par celles qui figurent en tête de cet article, la barbe de Mariano Rajoy n’est pas plus longue que celle d’Abdelilah Benkirane.

 

 

This entry was posted in MONDE ARABE and tagged , , . Bookmark the permalink.

1 Response to Entrevue avec Abdelilah Benkirane

  1. Nina says:

    Intéressante cette partie de l’interview :

    Vous avez passé quinze ans dans l’opposition. Pour entrer au Gouvernement, il vous faudra pactiser avec d’autres partis. Quelles sont vos préférences ?

    Mes intentions sont de pactiser avec la Koutla (une alliance formée par l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), les ex-communistes du PPS et les nationalistes de l’Istiqlal), l’alliance de l’actuel Premier ministre. Nous désirons coopérer avec eux et ils se sont montrés favorables.

    Si certains avaient des doutes sur les accords “naturels” entre les fachos laïques et l’islam, ils sont forcément levés non ?

    Des socialistes sauce marocaine,
    Des ex-communistes
    Des nationalistes,

    Mazette ! Que des gros cons qui s’entendent pour faire chier le monde depuis des lustres.

    Merci pour l’info Monsieur Olivier !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*