A la mémoire de Sa Majesté Orélie-Antoine Ier, roi de Patagonie et d’Araucanie

 

Vous quittez l’Espace Schengen. Bravo ! Vous entrez en Patagonie septentrionale. Bienvenue !

 

« La Patagonie, c’est ailleurs, c’est autre chose, c’est un coin d’âme caché, un coin de cœur inexprimé. Ce peut être un rêve, un regret, un pied de nez. Ce peut être un refuge secret, une seconde patrie pour les mauvais jours, un sourire, une insolence. Un jeu aussi. Un refus de conformité. Sous le spectre brisé de Sa Majesté, il existe mille raisons de prêter hommage, et c’est ainsi qu’il y a plus de Patagons qu’on ne croit, et tant d’autres qui s’ignorent encore », Jean Raspail en 1995.

« Ailleurs, c’est un pays lointain, souvent rêvé, un peu flou, un peu mystérieux, un pays pour l’âme, pour le cœur, une sorte de seconde patrie, peut-être imaginaire, peut-être vraie, un territoire vierge, un territoire perdu où l’on se retrouve soi-même, une frontière au-delà de laquelle, plus loin encore, on découvre une autre frontière, et ainsi de suite, sans fin, car derrière ailleurs, c’est encore ailleurs, et, ailleurs, c’est (aussi) l’espérance », Jean Raspail en 2009.

« Le rêve est un facteur de légitimité », Roger Caillois.

 

Article écrit chez un parent patagon, à l’île d’Yeu, dans le fauteuil d’un ancêtre originaire de Thessalie, sous le drapeau patagon, bleu-blanc-vert horizontalement, dans la nuit du 28 au 29 juillet 2019, alors que l’averse joue sur les tuiles du toit.

 

Le sioniste est un Patagon à sa manière ; et en lisant un Bulletin de Liaison des Amitiés Patagonnes, j’ai compris que ces femmes et ces hommes étaient mes amis.

Le Patagon et le sioniste partagent l’esprit d’aventure et de liberté ; ils sont des représentants engagés de l’anticonformisme, ce qui implique qu’ils ne peuvent trouver de justification qu’en eux-mêmes. C’est le principe de responsabilité (de liberté donc) qui, à mon sens, constitue le socle de l’esprit sioniste et de l’esprit patagon. C’est aussi pourquoi, dans mes rêveries, le drapeau d’Israël et celui de Patagonie sont à l’occasion déployés par un même vent.

 

Le drapeau du Royaume d’Araucanie et de Patagonie

 

Le Patagon n’est pas un misanthrope, il cherche de l’air, simplement de l’air ; car dans le monde d’aujourd’hui, ils sont nombreux à nous pomper l’air. Le Patagon cherche un espace où respirer à pleins poumons, un espace physique et mental où se déployer sans se heurter aux barreaux d’une cage. Karl Kraus aurait probablement demandé à être naturalisé patagon, Karl Kraus et ses dénonciations visant l’encagement de masse et la folie médiatique, une folie qui ne se disait alors que par les journaux. Que dirait Karl Kraus s’il revenait parmi nous ?

Le Patagon n’est pas seulement celui qui chevauche d’immenses étendues inhabitées, ou presque, c’est aussi celui qui se replie pour méditer, par l’écriture par exemple, l’écriture étant l’une des formes de la méditation – de la prière. On peut s’enfermer dans une chambre de bonne ou un château – qu’importe ! – après avoir voyagé (ou non) pour mieux revoyager, revoyager par le souvenir, éventuellement à partir de notes griffonnées dans un carnet, des notes qui attendent d’être revues et corrigées et amplifiées.

Être sédentaire et se souvenir qu’on a été nomade, rien de plus délicieux et, dirais-je, de plus fécond. Pour l’anthropologue Hamid Sardar, la nostalgie nous taraude : nous nous souvenons que nous avons été des nomades avant d’être des sédentaires ; et l’écriture (entre autres formes d’expression, parmi lesquelles la musique) s’efforce de récréer le mouvement, un mouvement que nous avons vécu directement, comme Jean Raspail en Patagonie, ou bien par nos ancêtres. Ainsi, lorsque j’ai eu connaissance de l’ADN de mon père et de ma mère ai-je compris l’orientation de certaines de mes rêveries, mon attirance précise pour des régions du monde et des peuples.

La Patagonie a un Consulat général et une Chancellerie, situés au 20 avenue de Lowendal, à Paris, dans le XVe arrondissement. Le consul général est l’écrivain Jean Raspail, le vice-consul chancelier François Tulli. Et je vous laisse consulter Annuaire général et Annuaire diplomatique du Consulat général de Patagonie tel qu’il est présenté dans Le Moniteur de Port-TounensBulletin de liaison des Amitiés patagonnes n° XVIII – 2018. L’esprit d’humour, de dérision et d’autodérision, de liberté, d’aventure et de non-conformisme y est clairement perceptible.

Au début des années 1970, les Patagons n’étaient pas trente. Ils sont connus comme les Patagons historiques. Parmi eux, le plus illustre, Michel Déon. Ainsi, avec son appui et celui d’autres académiciens (Michel Déon avait été élu à l’Académie française en 1978), le vénérable cénacle décerna son Grand Prix du Roman 1981 à « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie » de Jean Raspail, un succès avec gros tirages, rééditions et… afflux de demandes de naturalisation, lesquelles n’ont plus cessé. Le corps consulaire patagon ne cesse d’augmenter. La lecture de demandes de naturalisation reçues au consulat général et à la chancellerie me confirme dans mon projet de trouver une nationalité de substitution, un refuge, de faire flotter à l’occasion le drapeau patagon au-dessus de mon toit et de devenir sujet de Sa Majesté Orélie-Antoine Ier.

Comment devient-on patagon ? Mais tout d’abord, qu’est-ce que la Patagonie ? La Patagonie couvre la région méridionale de l’Argentine comprise entre les Andes, l’Atlantique Sud et le détroit de Magellan ainsi que l’Araucanie dans le Chili central. Le nom « patagon » a été donné par Magellan (ou ses marins) en 1520, aux habitants de cette région, un nom qui signifie en espagnol « mal chaussé ». En 1858, un Français originaire du Périgord, Antoine de Tounens, décide de fonder un royaume dans cette région essentiellement peuplée d’Indiens, en particulier des Mapuches et des Araucans. Il finit par se proclamer roi sous le nom d’Orélie-Antoine Ier, espérant ainsi l’aide de Napoléon III, une idée alors nullement saugrenue.

Jean Raspail fait revivre cet éphémère royaume depuis une quarantaine d’années et, ainsi, invite-t-il les non-conformistes, soit les aventuriers en tous genres, à la rêverie et à l’action, l’une et l’autre se stimulant et se complétant. Pour devenir sujet patagon, il est exigé d’être un rêveur et de faire une demande écrite de naturalisation au consul général Jean Raspail dont certains ouvrages peuvent servir de guide vers ce royaume si éphémère. On peut également voyager dans cette contrée afin de devenir « Patagon de Patagonie ». On peut également pratiquer le « jeu du roi », comme ces quelque trois mille sujets patagons qui toutes origines sociales et culturelles confondues font flotter les couleurs patagonnes de par le monde et, à l’occasion, dans ses endroits les plus reculés – du rêve à la réalité.

 

Armoiries du Royaume d’Araucanie et de Patagonie

 

Un exemple du « jeu du roi ». Le Queen Mary 2 parti de Saint-Nazaire a hissé le 30 juin 2017 le pavillon patagon (trois mètres sur un mètre cinquante) au milieu de l’Atlantique et alors qu’il se dirigeait vers New York. L’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées de 2010 à 2014, écrit : « Au nom du gouvernement de Sa Majesté, notre consul général a bien voulu approuver une opération de changement de pavillon de l’un des derniers vrais paquebots : le Queen Mary 2, « la Queen » pour les intimes. Partie de la Patagonie orientalo-septentrionale pour rallier les rivages de notre voisin nord-américain en un peu moins de cinq jours, à la vitesse respectable mais confortable de 22 nœuds, la Queen s’est prêtée de bonne grâce à ce « re-pavillonnage » ; certes, il a fallu convaincre le commandant mais, en bon sujet d’un autre royaume, il a compris le jeu, et les enjeux ». Dans son éditorial au n° XVIII du Moniteur de Port-Tounens, Jean Raspail écrit : « Or c’est avec la ferme intention d’y faire battre au vent le pavillon patagon que l’amiral Edouard Guillaud avait embarqué à bord du flambant-neuf Queen Mary 2 ! Impensable ! Inacceptable ! Mais l’amiral connaît les Anglais, il les a longtemps pratiqués. Il a donc parlementé… et il a réussi ! »

Les Patagons, ces non-conformistes, invitent à l’émerveillement, et il y a urgence : il faut s’enivrer de la beauté du monde – et la dire autant que possible. La capacité d’émerveillement aide par ailleurs à la survie. C’est l’histoire de Tavae, ce pêcheur tahitien qui dériva durant cent dix-huit jours dans l’océan Pacifique et qui affirma avoir survécu en s’émerveillant des couchers de soleil et des jeux de la lumière dans le plancton qu’il recueillait dans son sceau.

Le « jeu patagon » (ou « jeu du roi ») ne doit pas être pris au sérieux ; tout au moins ne doit-il pas être pris au pied de la lettre. Ce jeu est néanmoins très sérieux, comme l’est le jeu en général, nécessaire dans la mesure où il invite l’homme à desserrer l’étau social. Le « jeu du roi » invite à l’espace quasi-illimité, à la respiration à pleins poumons et à une dissidence aussi discrète que ferme que symbolise le drapeau bleu-banc-vert du royaume de Patagonie. Le pavillon patagon hissé sur une barque ou un paquebot, l’écusson patagon cousu sur un vêtement ou un sac, l’autocollant patagon (PTG) collé sur une voiture, le drapeau patagon hissé sur le toit d’une maison ou quelque part au cours d’un voyage, autant de marques de non-conformisme.

Dans l’aventure patagonne, il convient de saluer le travail de François Tulli, vice-consul chancelier, et sa femme Blandine qui gèrent les documents édités par les Patagons du monde entier. En 2018, les Patagons ont déployé les couleurs de leur royaume sur les cinq continents : en Terre de Feu bien sûr, mais aussi sur le Mont Kenya (montagne sacrée des Kikuyus), au sommet du Kilimandjaro, au Costa Rica (sur le Cerro Chirripo), en Chine (dans le Yunnan et à Pékin), en Islande, en Mongolie, en Arménie, à Madagascar, au Mexique, au Niger, en Écosse, en Irlande, aux Malouines, au Cap Horn…

 

 

On sait peu de choses sur Antoine de Tounens, mais le peu que l’on sache a stimulé bien des imaginations. Voyez par exemple « Rey » du cinéaste chilien Niles Atallah qui a travaillé à partir d’archives, de témoignages et d’écrits de Bruce Chatwin. L’une des plus belles séquences de ce film (et celle qui a le plus ému Jean Raspail) montre Antoine de Tounens qui franchit à cheval le fleuve Biobio (sépare le Chili de l’Araucanie) en tenant un immense drapeau patagon. « Antoine de Tounens était à la fois guignolesque et grandiose » insiste Jean Raspail. Né en 1825 dans une famille paysanne du Périgord qui se rêve des origines aristocratiques et millénaires, Antoine de Tounens aspire à un ailleurs. Cet ailleurs sera les tribus indiennes d’Araucanie et de Patagonie respectivement menacées par l’expansionnisme chilien et argentin. Devenu avoué à Périgueux, il finit par vendre sa charge, emprunte à ses proches et embarque. Arrivé en Araucanie, il parvient on ne sait trop comment à rencontrer des chefs de tribus et se faire reconnaître comme roi par plusieurs d’entre eux après s’être présenté comme le champion de leur indépendance. A cet effet, il promet une aide militaire de la France. Il promulgue une copieuse Constitution sans rapport avec l’état de son royaume auquel il intègre la Patagonie où il ne s’est jamais rendu. Il nomme ministres des chefs de tribus puis se rend au Chili où il rédige une abondante correspondance diplomatique. De retour en Araucanie, il est arrêté par ses « sujets » déçus par des promesses qu’il n’a pu tenir. Ils le livrent aux Chiliens qui le jugent et l’emprisonnent. Il est expulsé vers la France où il finira ruiné et moqué. Il avait pourtant été roi d’Araucanie et de Patagonie, quelques semaines seulement, mais il avait été roi. Il fut un rêveur et un héros, un homme seul qui s’était fait nommer roi et qui avait constitué les tribus indiennes en nation, un rêve réalisé mais qui ne pouvait que rester sans suite. Jean Raspail entendit parler de ce roi en 1951 au cours d’un voyage en automobile, de la Terre de Feu à l’Alaska. C’est au cours de ce voyage qu’il fit une rencontre qui marquera sa vie, la rencontre avec les derniers Alakalufs, un peuple aujourd’hui disparu qui nomadisait sur de petits canots dans les chenaux fuégiens. Antoine de Tounens s’était donné pour mission de défendre les Indiens de Patagonie, Jean Raspail (si volontiers accusé de racisme) se fera le défenseur posthume de ce peuple, notamment dans son livre « Qui se souvient des hommes… ».

D’Antoine de Tounens, Jean Raspail a dit : « Il était grotesque dans ses façons, escroc souvent dans ses méthodes parce qu’il a trompé beaucoup de gens, mais pas médiocre : il a été guidé par la liberté des Indiens, l’idée monarchique… Se rattachent à lui des idées de grandeur, d’ambition, d’honneur, de dépassement de soi. C’est pour ça qu’aujourd’hui tant de gens demandent à devenir sujets patagons ». Ainsi donc, suite au succès de « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie », Jean Raspail a institué le « jeu du roi » et il s’est institué consul général de Patagonie (et pas d’Araucanie, les Araucaniens ayant trahi Antoine de Tounens) et les demandes de naturalisation se sont mises à affluer. Le royaume de Patagonie compte à présent plus de quatre mille sujets, des vice-consuls un peu partout dans le monde, une publication : Le Moniteur de Port-Tounens. Un régiment dissous a arboré sur ses blindés, pour son dernier 14 juillet, le pavillon patagon. Des ambassadeurs, des ministres, des évêques, des amiraux sollicitent à la chancellerie générale leur naturalisation patagonne.

 

Indiens Mapuche

 

Dans l’éditorial du numéro XIX du Moniteur de Port-Tounens et après avoir évoqué la vie d’Orélie-Antoine Ier, Jean Raspail écrit : « C’est pourquoi nous lui devons une revanche ! D’abord de nouveaux sujets fidèles – solidaires, spontanés, étrangement unis par des pensées identiques fusionnant sans se rencontrer – qui se comptent aujourd’hui par milliers : Suisses, Autrichiens, Allemands, Belges, Baltes, Espagnols, Maltais, Vénitiens, Américains, Orientaux ou Européens, etc., et même Chiliens ou Argentins ! Mais – il faut le souligner – Français en grande majorité, qui tous sont titulaires de la double nationalité, ce qui se révèle l’évidence même puisque tel était l’état civil de Sa Majesté. »

Dans ce même éditorial, Jean Raspail écrit encore au sujet des Patagons : « Nombreux ils sont, le plus souvent volontaires engagés dans les différentes unités de nos Forces de Sécurité (voir Annuaire général et Annuaire diplomatique édités dans les numéros du Moniteur de Port-Tounens, Bulletin de liaison des amitiés patagonnes, BLAP). Ils entraînent avec eux leurs familles, leurs amis et autres ralliés, et s’en vont débarquer au vaste large sur un gros rocher ruisselant, un archipel de rocaille labyrinthique, un banc de sable émergeant, une île inabordable, un phare désaffecté, etc., ou bien s’emparent en pleine terre, souvent très loin, d’un fortin colonial au désert, d’un hameau de montagne sans vie humaine, d’un pont coupé, d’une chapelle abandonnée, d’une caverne, d’un gué ou d’un sentier de sommet pour y planter et y déployer au nom de Sa Majesté le pavillon bleu-blanc-vert et y laisser des traces de frontières (leur imagination est inépuisable), tout comme s’y emploient nos gamins patagons sur les plages où ils construisent, tout excités, à la hâte, des fortifications piquées de petits drapeaux patagons… »

Le propos des Patagons : L’éphémère royaume de Patagonie ne se limite pas à ce royaume situé à l’extrême sud du continent américain, il se situe à présent dans des esprits aventuriers et des cœurs littéraires rassemblés en tant que Patagons au sein d’un « Consulat général de Patagonie » qui a tous les aspects du sérieux : des grades, des services, des forces spéciales, des représentations diplomatiques. Les Patagons proviennent de tous les horizons. Il faut pratiquer le « jeu du roi » et se photographier avec les couleurs patagonnes où que ce soit. Les Patagons laissent leur marque discrète partout dans le monde. La Patagonie n’est pas une supercherie, ni une fausse religion, mais une expérience qu’il faut vivre pour la comprendre. A présent, chaque Patagon porte en lui la Patagonie, comme un territoire libre où habiter guidé par sa propre intuition.

Dans les Archives patagonnes (occupent une partie du Moniteur de Port-Tounens), un intéressant article extrait du journal Le Gaulois (31 août 1874). Je résume. Cet article a été rédigé suite à l’arrestation d’Orélie-Antoine Ier en Patagonie alors qu’il tentait pour la troisième fois de rentrer dans son royaume. Il décrit un roi tout à son rêve, arrêté, emprisonné par le Gouvernement chilien puis libéré et rapatrié vers la France, un roi abandonné, bafoué mais toujours porté par son rêve et l’espoir. On peut sourire et plaisanter (pensez, un avoué couronné !), on peut tout autant l’estimer, l’admirer même. L’auteur de cet article a rencontré Orélie-Antoine Ier alors qu’il demeurait au quatrième étage d’un hôtel de Périgueux, rue de Grammont, dans un appartement de deux petites pièces, soit un cabinet de travail et une chambre à coucher. Cet homme que d’aucuns jugeront illuminé, rêveur impénitent, était lucide. Il envisageait son royaume comme une compensation pour la France à la perte du Canada et de l’Inde. L’auteur de l’article fut invité quelques jours plus tard chez le Premier ministre de ce roi, un ami, qui connaissait l’Araucanie et qui jugeait que le rêve – l’espoir – d’Orélie-Antoine Ier n’était en rien chimérique ; il intéressait même des banquiers anglais qui étaient prêts à l’appuyer en mettant à sa disposition une flottille et des émigrants. Orélie-Antoine Ier constatait, navré, que l’intérêt des Anglais pour son projet était proportionnel au désintérêt des Français pour ce même projet.

 

Indiens Mapuche

 

______________________________________________________________

 

Ma lettre de demande de naturalisation au consul général Jean Raspail :

Monsieur le consul général,

Je ne me suis jamais senti à mon aise en République française, c’est pourquoi je l’ai quittée il y a longtemps et n’y reviens qu’épisodiquement, dans une île de l’Atlantique de préférence. Mon attachement à la France tient essentiellement à la langue française que j’emporte partout avec moi – et la langue est l’essentiel me direz-vous. J’ai donc quitté la France pour d’autres pays il y a une trentaine d’années. Je réside actuellement au Portugal, pays de nostalgie encore – mais pour combien de temps ? –, et malgré le tourisme de masse qu’active notamment le transport aérien low cost. Les merveilleuses îles de l’archipel des Açores sont gagnées après avoir résisté. Et oublions Madère !

Mais il y a plus. Cette attirance pour le rêve que s’est efforcé de traduire Antoine de Tounens rejoint un autre rêve devenu réalité : le sionisme, l’aventure sioniste. L’existence d’Israël est inexplicable sans ce rêve plusieurs fois millénaire porté par un peuple, rêve qui a porté ce peuple, un rêve devenu réalité, un rêve et une réalité honnis des masses, un rêve infiniment humain, un souffle, l’esprit d’aventure, l’esprit prophétique, l’esprit pionnier, une audace. Israël est une aventure très singulière de l’histoire humaine, une aventure tournée vers l’universel étant entendu que l’universel qui ne procède pas du singulier n’est que vase et banc de brume. L’extraordinaire singularité d’Israël – patrie du peuple juif – explique son universalité.

L’antisionisme et l’antisémitisme sont des conformismes, et des conformismes parmi les plus massifs et les plus nocifs. Je me nettoie de leur puanteur en me portant quand je le peux volontaire dans l’armée d’Israël. Je me sens tout simplement bien sous son uniforme, en accord avec moi-même, briseur d’idoles, ces idoles qui débitent leur salmigondis religieusement recueilli par des foules qui célèbrent l’ignominie.

Israël, un rêve devenu réalité, une entité portée autant par le rêve que par la raison. Israël a un peu à voir avec la volonté d’Antoine de Tounens, soit la libération d’un peuple et une souveraineté retrouvée. J’ai donc l’honneur de placer devant vous mon souhait d’être naturalisé patagon. Veuillez agréer, Monsieur le consul général, l’expression de mes sentiments distingués.

       Olivier Ypsilantis

This entry was posted in Orélie-Antoine 1er and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*