DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Février 27th, 2012, 8:38 am

Marock : je trouve qu'en France, on est loin des civilités nordiques, alors en Israël, un peu plus au sud, tu imagines. La première fois que nous sommes montés dans le tram, nous étions arrivés les premiers, comme des c.ns nous nous sommes retrouvés les derniers sur le trottoir :D. Une fois mais pas deux :P
Les french se plient facilement à l'indiscipline ambiante : comme chez nous on est !
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Nina » Février 27th, 2012, 9:02 am

Les Israéliens sont des rustres car ils courent sans arrêt après le temps. Une fois que tu connais, tout va mieux !
Nina
 
Messages: 3638
Inscrit le: Janvier 23rd, 2011, 5:44 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Février 27th, 2012, 11:24 am

5ème Episode : YAD VASHEM

Mardi matin.

Nous y arrivons vers 10 heures, nous en sortons à la fermeture à 17 heures.

Nous retournons au tram, silencieux. Je retrouve dans mon sac à dos une bouteille d'eau que nous nous partageons. Nous n'avons ressenti ni la soif, ni la faim depuis le matin.

Au cours du trajet, un vieux monsieur un peu handicapé avec une canne monte. Aussitôt un gamin religieux se lève pour lui donner sa place. Il nous entend échanger une parole : "vous êtes Français, d'où ? " Lui est de Tunis, il paraît content d'échanger en Français. Comme nous, il descend à Mahane Yehuda . Nous sommes les derniers à descendre du tram. Je descends la première. Des religieux "men in black" essaient de monter en forçant le passage, alors que notre Tunisien encadré par ma fille et mon mari sont encore sur les marches.

Je tends les bras en avant et je crie "stop", j'ai de la colère qui a besoin de sortir, ils en seront le bouc émissaire ! Ils s'immobilisent. Lèvent-ils la tête au moins pour voir si les passagers sont descendus ? Ont-ils peur de voir un bout de gambettes de jeunes femmes ? Ces petits gamins religieux si prévenants deviennent-ils systématiquement ces adultes religieux tombant dans la muflerie par peur de péché visuel ?

La traversée de notre petit marché ne présente pas ce soir la même saveur. Nous n'avons pas faim.
Nous décidons d'entrer dans le premier truc ouvert sur Ramban pas trop loin de l'hôtel : ce sera une gargotte ashké : dans une vitrine, comme dans les cantines, une exposition des plats proposés. Nous commandons au pif. C'est Lecricri qui nous donnera le premier sourire de la journée en demandant s'ils ont de la Goldberg.... on rectifie bien vite de la Goldstar. Non. La bouffe est dégeu et la bière de l'orge en tub : de la pisse d'âne.

Nous nous endormons sur les éternelles questions relatives à la Shoah. Une petite scène me revient en mémoire. Elle me laisse dans le questionnement. J'essaie, quand j'y pense, de ne pas donner un jugement hâtif, et là encore plus sur un sujet si grave.

Dans les premières salles de Yad Vashem, un groupe d'une quinzaine de soldats rassemblés autour d'un guide. Mais, assis à part quatre ou cinq soldats qui n'écoutent pas, ne regardent pas les photos. Ils ont l'air indifférent et dans les deux ou trois salles suivantes, j'en retrouverai toujours du même groupe ayant la même attitude. Je ne sais pas si ce sont les mêmes.
Peut-être sont-ils déjà venus avec leur famille ? Mais alors pourquoi les faire revenir ? Leur attitude pourrait "étonner" des visiteurs (à la fin de la journée, aux toilettes, j'ai entendu une femme qui pleurait).
Refusent-ils inconsciemment, par fierté, ce génocide ?

Je l'avoue : j'aurais aimé leur demander la raison de leur désintéressement qui n'est peut-être qu'apparent.

Demain sera un autre jour mais sans oublier hier.

A suivre....

Image

"Ils" étaient là depuis très longtemps et "ils" y resteront.
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Mars 2nd, 2012, 11:04 am

C'est vendredi : c'est Cricri et ses souvenirs.

Avez-vous vu les amis, j'ai mis des photos sur les épisodes précédents. Un bon Ami m'a écrit "tes photos c'est fouillis, on dirait que ça sort en vrac des valises".................Quant on revient de voyage, qu'est-ce que l'on sort "en vrac" de ses valises ? Le linge sale!!!!!

Alors, je l'ai pris de très très haut, mode bêcheur, et ai répondu : "Monsieur, je ne vais pas mettre des photos que vous pouvez voir partout sur le net" C'est vrai ça : je suis sûre qu'il n'avait jamais vu toutes les races félines d' Israël : du roux ashkénase, du brun sépharade, de l'éthiopien, de l'asiatique crêchant dans le quartier yéminite. Sur quelle belle photo artistique aurait-il pu voir dans la Vieille Ville un jeune monsieur se tirant son string coincé dans les fesses ?
Bref c'est mon Israël à moi, j'ai beaucoup vu donc plein de miniatures.

Tiens, Monsieur, je t'offre "MA" photo d'Israël. Plein de choses secrètes dans ce choix.
Image

Suite 6 : Jérusalem - Ein Kerem

Mercredi matin

C'est notre dernière journée à Jérusalem.

Dans l'après-midi nous devons prendre le car de 16 heures pour Ein Gedi. Au départ, l'idée était de louer une voiture à Jérusalem afin de pouvoir circuler facilement à la Mer Morte. Après grande réunion au sommet du trio familial : Moi, "je ne conduirai pas, j'ai l'habitude des automatiques et je veux voir le paysage" FilleNine " moi je me trompe toujours de direction, je vous emmènerai direct chez les Palestiniens, voiture caillassée" M'sieurCricri "moi aussi je veux voir le paysage ...." donc car, ce sera !

Je propose Ein Kerem, village proche de Jérusalem (merci MS). Au lendemain de Yad Vashem, nous aspirons au calme et au bucolique ce qui permettra en plus à mari et fille de connaître la campagne environnante. Sacs à roulettes remplis, vérification des roulettes (sait-on jamais si l'on devait encore sprinter dans les rues avec un chauffeur qui nous déposerait à la Knesset au lieu de la gare routière !) Bagages laissés à l'hôtel.
Pour éviter la précipitation, nous prenons un taxi qui nous dépose à Ein Kerem.

Nous partons au hasard, passons devant la Source de Marie et prenons le chemin de campagne, celui de gauche, qui mène, je crois, à l'Auberge de jeunesse. Nous ramassons en chemin des glands de chène (futurs semis), paysage de collines n'inspirant que sérénité. Sur une hauteur, au loin, se profile une coupole dorée ! "Même ici" soupire Lecricri.... mais non mets tes lunettes, regarde la croix au-dessus !!! Ouf !
Image

Le temps très orageux donc ciel très sombre donc photos....


FilleNine lit dans un petit livret de tourisme qu'il y a un studio de céramique (très jolis plats et carreaux) près de l'église Saint Jean le Baptiste. On redescend et on remonte sur une autre colline, on arrive à l'Eglise de la Visitation, c'est pas la bonne !

On redescend dans le village, et on remonte sur une autre colline, on arrive au Couvent des Dames de Sion, fondé par un Monsieur Ratisbonne, visite du jardin offrant de belles perspectives. Petite urne à la sortie pour une offrande à la communauté. Je donne mais avec radinerie et mesquinerie : je n'aime pas les juifs convertis. Quand on appartient à une si petite communauté, on se fait une fierté d'y rester et si faible éventuel pour Jésus, on le garde dans un coin avec son mouchoir dessus. Peut-être pas logique comme raisonnement mais c'est le mien et je le partage (avec moi en tout cas) !!!!

Image
Les collines de Jérusalem, si émouvantes !

Bon, ben il reste la troisième église qui doit être la bonne. On redescend dans le village et on remonte une petite rue. On n'a pas vu l'église mais une petite boutique est là..... en fait une boutique de petits bijoux adorablement désuets ; tout le temps pour l'essayage des bagues, Lecricri a trouvé un chat intéressant à qui faire la causette... et le miracle est arrivé : une pluie diluvienne s'est mise à tomber pendant 10 bonnes minutes. Le miracle, ce n'est pas la pluie mais qu'elle soit tombée au moment où nous étions à l'abri !
Contentes de nos achats : chacune deux bagues. Moi, pour FilleCadette et pour moi. FilleNine pour deux amies. J'apprends aujourd'hui que réflexion faite, elle se garde les deux. Pour les copines, elle va faire des petits ballotins de sel de la Mer Morte puisqu'elle a boulotté les dattes des ballotins.

Cela mérite une petite halte ! En bas du raidillon, deux cafés avec deux agréables terrasses en bois surélevées (celui du coin n'est pas inspirant ) : on va au deuxième, habituelles bonnes salades israéliennes, plat de petits gateaux secs aux épices et nos goldbergstar, (voir épisole précédent, comment fut créée cette bière) le tout servi par une adorable serveuse parlant français comme toi et moi. Ambiance sympa de terrasses avec de petits groupes de jeunes gens.

Nous nous dirigeons à l'endroit où le taxi nous avait déposés, pas de taxi , nous allons en face à l'arrêt de bus à l'abri du soleil cette fois. Mais les indications sont en hébreu, alors ?????
Un taxi s'arrête : "Price to go to center Jerusalem, please" ? La vache, le double qu'à l'aller. Instinctivement FilleNine et moi on se la joue à la Petite- Hierosolomytaine de la gare, en levant le poing, on lui crie que "c'est le double que pour venir". "Pour revenir c'est toujours plus cher" Là, on lève les deux poings .....Lecricri, toujours un peu pessimiste, nous dit que nous sommes là jusqu'au soir........ enfin un jeune homme arrive et nous renseigne : le prochain bus est dans 10 minutes et dessert la station de départ du tram...

Une dernière fois le tram et pour la première fois nous assistons à un "petit incident" : à un arrêt, deux "jeunes" montent et refusent de présenter leurs sacs à l'agent de sécurité comme le font tous les voyageurs. Le ton monte. Assis en face de moi, un monsieur kippa suit avec grande attention la discussion. Plusieurs éclats de voix . A un moment, il se lève et s'avance, prêt visiblement à intervenir mais les "jeunes" finissent pas céder. Heureusement, la tension montait parmi les passagers. Les "jeunes" ont ensuite gagné le milieu du bus parlant très fort.
La différence avec le Neuf-Trois : dans le Neuf-Trois, tous les passagers auraient regardé ailleurs, se seraient plongés dans leurs bouquins pour ne rien voir, laissant éventuellement l'agent de sécurité se faire tabasser, ici on sentait la solidarité totale du bus. A remarquer également, que les deux "jeunes" ont été laissés totalement tranquilles après l'incident.

Une dernière traversée de senteurs de Mahane Market... l'hôtel et taxi pour la gare centrale....de nouvelles aventures ....

A suivre
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Marock » Mars 2nd, 2012, 11:09 pm

Oui, bon, je pardonne le fouillis des fotos déballées de la valise.
Mais, entre nous, ça manque de personnages.
N' auriez vous pas, par hasard, égaré au fond de votre valloche la foto de cette " adorable serveuse parlant français comme toi et moi. "
J' adore les francofones.
Marock
 
Messages: 433
Inscrit le: Mars 9th, 2011, 8:19 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Mars 9th, 2012, 10:36 am

Un nouvel épisode. Pour The Purist :) : il y a toujours une photo de guingois : je ne maîtrise pas le truc Picassa !

EPISODE 7 - MER MORTE - KIBBUTZ EIN GEDI

Mercredi 16 heures : Gare Routière de Jérusalem

Comme il y a 50 ans, grande effervescence dans les gares routières. On commence à se mettre dans la mauvaise file : celle des non-bagages, vite on court à l'autre, on est un peu juste dans le timing. Vite le sac à roulettes sur le tapis de détection à droite, le petit sac à dos sur le tapis de gauche , vite faut récupérer, bousculade au portillon. Une mignonne agent de sécurité francophone nous dit "les billets c'est au dessus", quel plaisir de speaker french, encore une file impressionnante quand le type des billets se lève derrière sa vitre, annonce fortement un truc visiblement important s'accompagnant d'un geste du bras.... là extraordinaire, j'ai parfaitement compris l'hébreu. C'est exactement le même ton et le même geste que la caissière du Carrouf quand elle annonce : "la caisse ferme après le dernier client.... oui vous". J'ai décidé que le dernier client c'était moi et je reste. le client derrière moi s'en va.

Les sacs dans la soute, on fait ouf !

Je n'aime pas les traversées de banlieues : toujours tristounes... alors je pense à ces deux jours et demi passés à Jérusalem. Mes amis chrétiens pratiquants vont me demander : et le Mont des Oliviers et le Saint Sépulcre et les églises...............pas le temps, pour une autre fois. Ces lieux et ces monuments, aussi beaux soient-ils du point de vue architecture, fresques, n'étaient pas ma priorite. De plus là, je ne sais pas comment je me suis débrouillée, on n'a pas vu une seule fois la coupole dorée.
Nous avons vu beaucoup et en même temps si peu de Jérusalem : il nous faudra y revenir en plus Lecriri a eu le coup de foudre pour la ville.

Désert de Judée : grandiose de solitude, pas tout à fait avec quelques campements-bidonvilles bédouins en bord de route pour l'exotisme. C'est leur souhait : la tôle ondulée, la peau de chèvre, pas d'eau... on ne va pas pleurer juste se demander "de quoi vivent-ils"... sujet mouvant comme les sables.

Enfin on LA voit, immense miroir au soleil couchant et je constate de mes yeux la triste réalité. Il y a 50 ans, l'eau arrivait à quelques pas de la route. J'ai entendu dire qu'on allait peut-être traiter le problème par les pieds alors que c'est la tête qui est malade. Foutue, la tête. Comment en est-on arrivé à la même situation que la mer d'Aral ?

Magnifiques nuancés d'ocre sur la montagne. Enfin Kibbutz Ein Gedi où nous dormirons trois nuits.

Direction le comptoir du hall d'accueil où un charmant jeune homme enregistre notre arrivée. "Vous êtes venus par le car"... "Oui" ...Ses yeux s'écarquillent admiratifs. En une seconde, mon ego descend à - 600 (nous sommes déjà à - 400) : nous avons pourtant traversé le hall : moi comme THE lionne de la savane, démarche chaloupée tirant dignement mon antilope enfin mon sac-à-roulettes Tati, Lecrici, démarche élastique du Guépard, et ce "oh" admiratif qui nous réduit à deux vieux débris réussissant l'exploit d'avoir pu tenir assis dans un car pendant 90 minutes pour venir à Ein Gedi. Que la vie est cruelle en Mer Morte !

Image

Bungalows qui ressemblent fortement à ceux de 62 des kibbutz. Chambre (premier prix) avec salle d'eau correcte. Peut-être un petit coup de vinaigre sur les mitigeurs pris par le calcaire serait nécessaire. Propre et loin du bruit. C'est toujours ma priorité. En traversant le kibbutz devenu merveilleux parc botanique, que croise-t-on : des chats en veux-tu en voilà ! Chaque bloc de bungalows a les siens. Nos voisins nous disent qu'ils s'approchent mais restent distants. Pas de copinerie avec les clients de l'hôtel.

Image

Pendant que Lecricri se douche, nous décidons FilleNine et moi de nous dégourdir les jambes et d'aller faire une reconnaissance des lieux. En revenant, Lecricri allongé sur le lit avec, à ses pieds, la mère chatte et ses deux petits( un noiraud et un gris), sur mon lit : un matou noir-gris sûrement le père, sur le lit de FilleNine : le futur amant. Lecricri c'est l'homme qui parle aux oreilles des chats .... mais là on râle : sont sûrement puceux ces chats, on n'a pas fait près de 3000 km pour s'attraper des bestioles. Mon matou noir-gris a humé le danger, il file carrément sous ma couette ! Bon on fait un réglement pour les deux jours suivants : les autorisations et interdictions.

Image

Le restaurant Ein Gedi : je vais reprendre l'écrit du guide le petit rusé "le nouveau chef ne manque pas d'imagination et concocte des repas à la fois savoureux et équilibrés". On ne tarira pas d'éloges sur les petits déjeuners et dîners : à faire aimer aux enfants tous les légumes, des sauces fines et légères avec plein d'herbes aromatiques. Bref on s'est réellement régalé et avec un verre de vin du Golan, on était les rois. Certains clients n'avaient pas dû manger depuis très longtemps, vu les aller-retour du buffet et les assiettes débordantes. J'ai souvent observé ce détail dans les buffets : ça doit être la peur du manque du lendemain. Un mois à Ein Gedi, sont bons pour la surtaxe sur les low-costs quand on pèsera à l'aller et au retour.

A la table mitoyenne, un américain seul, grand et ventru lorgne sur FilleNine. En douce, on lui dit qu'il doit avoir une très grande voiture...... parce que demain c'est Massada par le car de 10 heures Jéusalem-Ein Bokek, sait-on jamais ?

A suivre
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Mars 16th, 2012, 10:38 am

EPISODE 8 - MASSADA - La Mer, les Sels, la Boue

Jeudi matin 10 heures : arrêt de bus - Kibbutz Ein Gedi

Hier soir, FilleNine a refusé de jouer la nunuche en demandant à "l'américain seul, grand et ventru" qui dînait à nos côtés, s'il avait déjà visité Massada et de dire d'une voix encore plus nunuche "nous irons demain par le car, c'est loin ?"
Pendant trois jours, nous serons les seuls à monter et descendre des bus Egged au kibbutz.

Massada ne se raconte pas. Grandiose est le seul mot qui définit le site.
Image

Chaque visiteur doit certainement garder en mémoire un petit détail de la construction de la forteresse : pour moi ce seront les citernes d'eau et les piscines, luxe inouï et impensable vu le relief et l'aridité. Et bien sûr la tragédie qui s'y est déroulée est trop présente dans nos têtes, transformant la simple visite touristique en interrogations : "comment ont-Ils pu ?" "Quel est le mot précis pour définir l'acceptation de ce suicide collectif ?" "a-t-on le droit de juger Eléazar Ben-Yaïr ?"
Connaissant la barbarie des Romains, ce sacrifice est à la grandeur du site.
"Et ces deux femmes cachées avec leurs enfants : des traîtresses ?" "Que sont-elles devenues, les Romains leur ont-ils accordé la clémence ?"
Image

C'est curieux, au cours de la visite (on a le temps de beaucoup penser, c'est immense Massada) j'ai pensé à de Gaulle : "peuple fier et dominateur". Pensait-il à Massada : un peuple fier qui préfère la mort plutôt que se soumettre ? Pour les Juifs, considèrerait-on qu'être dominateur, c'est ne pas accepter la soumission ? En fait, de Gaulle n'aurait-il pas été jaloux de ce peuple en comparaison avec l'attitude de soumission du sien (sa phrase sur les premiers résistants arrivant à Londres "je pensais trouver à Londres l'Eglise et j'ai trouvé la Synagogue") ?
Bon, n'étant pas une "ogue" (politologue ou autres ogues......) mes réflexions sont certainement au niveau des brèves de comptoir.

Le guidage audio est excellent. Nous croisons des groupes de visiteurs avec guides en anglais. Certains groupes sont plus chanceux que d'autres, leur guide allant dans la petite histoire au lieu de se contenter de reprendre le guidage audio.
Image

Nous repartons tous bien pensifs rejoindre notre abri-bus sur la route..... Soeur Anne ne vois-tu rien venir ?.....Rien à l'horizon ma soeur...... alors on parle de choses et d'autres et comment la conversation est-elle arrivée entre FilleNine et moi sur le boycott commercial et intellectuel d'Israël ? FilleNine "je n'ai jamais entendu parler de boycott" alors je lui parle de descentes de pro-palestiniens dans les grandes surfaces françaises, du vendeur de chausseur à Montréal, de la bibiothèque écossaise qui a retiré tous ses livres d'auteurs israèliens ........Elle me demande où je peux lire de telles absurdités, il y a peut-être eu un petit "fait divers" pas la peine d'en faire un pataquès mais certains blogs "de droite" sont "puants". Moi je lui dis qu'il faudrait qu'elle se tienne un peu au courant de l'actualité...... nous terminons la discussion sur ces douces paroles mère-fille, notre car vient d'arriver.

Nous nous tirons une trombine aussi nous nous asseyons avec deux rangées nous séparant. LeCricri, préfère être suisse et s'installe à l'avant sur le premier siège.

Jeudi après midi

Après la (toujours aussi fraîche) salade-israèlienne+goldbergstar, nous attrapons la navette qui dessert le spa d'Ein Gedi.

Beaucoup de monde : c'est Ein Gedi sur Volga. Nous effectuons tout le rituel : le petit train, la flottaison magique dans la mer, la douche, la boue partout, la douche chaude minéralisée, on y resterait des heures ciblant les jets sur les vieilles douleurs vachardes, retour dans le bourdonnement du spa : douche et plouf, plongeon dans les petites piscines minéralisées à 40° où l'on flotte pratiquement, on ressort rouge écrevisse, re-douche : on se sent décapés, bien proprets comme des sous neufs mais bien détendus.

Je ne devrais pas reparler du restaurant ayant déjà tout dit ! Mais terminer une bonne journée par un succulent petit dîner + verre de vin de Golan mérite d'être redit. On a tellement l'occasion de râler dans la vie qu'il ne faut pas oublier ces petits moments de bonheur tranquille.
Promenade romantique le soir dans le Parc botanique.

Pendant que LeCricri retourne examiner un chat semblant mal en point dans le parc, nous étudions, FilleNine et moi, comment nous pourrions aller jusqu'au laboratoire Ahava, situé à quelques kilomètres. Nous avons remarqué que le spa ne vendait pas les produits Ahava mais sans voiture difficile d'y aller ou bien il faudrait condamner notre randonnée à la Réserve. Je dis à FilleNine de regarder internet : Ahava Tel Aviv. Pendant que je consulte les horaires de la Réserve Naturelle et ceux de Saint-Egged (demain c'est vendredi !) avec les horaires de la navette et ceux de la fermeture du spa.... FilleNine reste plongée sur Internet ... ça dure.... je lui demande si elle trouve les adresses....pas de réponse.... j'aimerais bien aussi consulter mes mails...en passant derrière elle, petit coup d'oeil fugace indiscret, elle est sur la page d'un site pro-palestine sur les directives données pour le boycott d'Israël.

Je ne dis rien, je sais que maintenant elle sait. C'est le principal et en m'endormant je remercie Saint Hasard du petit coup de pouce qu'il vient de me donner. Pas de quoi crier au miracle mais il faut croire à la petite goutte d'eau qui devient fleuve. Il le faut.

A suivre
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Marock » Mars 16th, 2012, 10:51 pm

"je remercie Saint Hasard "

Vous confondez pas avec l' hagard Saint Lazare, le resçucité cité par les apôtres ?
Marock
 
Messages: 433
Inscrit le: Mars 9th, 2011, 8:19 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Mars 23rd, 2012, 11:07 am

La semaine dernière quand j'ai posté mes écrits, je me demandais si ce n'était pas mal-venu de parler tourisme au moment où le sud d'Israël était pilonné sans interruption et vivait dans l'angoisse.
Cette semaine, l'on a atteint l'horreur en France.... de ce qui était hélas prévisible. Je crois que l'on savait tous qu'il y aurait drame mais l'on se forçait de croire que cela ne "pouvait" pas arriver.

Sachez, Juifs et Israéliens, que nous sommes des milliers de non-juifs à partager votre douleur. Les médias ne nous donnent pas la parole et nous ne sommes pas assez courageux pour aller manifester dans les rues, en tant que non-juifs, notre amitié pour Israël. Un jour viendra peut-être. En attendant, puissiez-vous nous pardonner.

Actuellement, moi Française lambda, je ne peux manifester ma solidarité pour Israël que par le récit de ce petit voyage. C'est peu (désolée en plus pour la "légèreté" de cet épisode).


EPISODE 9 - RESERVE NATURELLE EIN GEDI et détail d'importance pour les buveuses de thé.

Vendredi matin : Réserve Naturelle Ein Gedi.

Avant le départ pour la Réserve Naturelle, réunion au sommet pour décider du retour à Tel Aviv le lendemain samedi ! En raison de Shabbat, un seul bus à 19 h, arrivée à Jérusalem vers 20.30, puis taxi pour aller jusqu'à la station des shérouts du samedi soir, shérout jusqu'à Tel Aviv, ensuite taxi jusqu'à l'hôtel. On le savait. Nous nous informons donc de la possibilité d'un taxi jusqu'à Jérusalem vers 14 heures ce qui nous ferait arriver à une heure moins tardive à TLV. Taxi : ok.

Il est bien évident que nous savions que nous ne ferions pas d'économie en se passant de la location de voiture mais nous y avons gagné en sérénité et insouciance et tellement passionnant d'être au milieu des locaux. c'était le but : finalité atteinte ou c'était la finalité : but atteint.... au choix!

Pour l'organisation de la journée, il faudra jongler aussi avec les horaires de Saint Egged et de la navette du spa qui ferme plus tôt le vendredi.

"Maman, qu'est-ce que tu mets pour la rando ?".... "le short noir à pattes longues, et toi ?" ....."Maman, je t'ai déjà dit que je ne porte plus de short, on a hérité de tes mollets de coq et de tes genoux cagneux, je mets ma petite jupe courte"....."bof, pas très pratique pour une rando !"...... "oui, tu as raison, t'as pas un autre short à me prêter ?"..... "Si, le militaire kaki à pattes courtes, celui que je porte pour les ballades à vélo"...... "au fait, c'était à moi ces deux shorts, pourquoi je te les ai donnés"....... "parce qu'il y a cinq ans, tu ne rentrais plus dedans (et paf, ça c'est pour les mollets et les genoux)"......."regarde maman, il me va super bien"......... "oui, très bien"............ "bon ben, je le reprends définitivement et pour tes ballades à vélo, je te donnerai un vieux jaune, il fait la fesse plate mais pour le vélo c'est pas grave".

Réserve Naturelle : Bien sûr, M'sieurCricri avait téléphoné avant aux Bouquetins, Damans et Rapaces pour s'assurer qu'ils nous feraient leur show. Ils ont tenu parole. On a eu beau crier au loup, il n'est pas venu, le léopard non plus, on s'est consolés avec l'escargot des eaux sans compter tous les froggies sur pattes, très nombreux. Vues magnifiques , belle petite randonnée facile. Nous aurions aimé faire une plus grande mais en début d'après midi, un seul et unique car retournant vers le kibbutz.

Image

Avant de descendre à "notre" abribus, achat de hot dogs. Pas un chat aux alentours ; parfois, vu le paysage et l'environnement je me suis sentie dans Bagdad Café, manquait juste la musique ; de temps en temps l'un de nous allait au milieu de la route et criait "un point à l'horizon" mais le principal était la couleur du point ! Seul le vert nous intéressait. Quelques bus de touristes passaient....certains, traîtreusement, arboraient la couleur verte. Des touristes nous regardaient comme si nous étions des martiens..... bourgeois, va ! Etant désespérément seuls, nous ne pouvions compter que sur nous pour nous distraire : nous savons y faire, nous défouler, rigoler aux éclats, nous lancer de gros pavetons dans la poire et parler de "petits détails" qui ne se partagent qu'entre amis... On ne sait jamais comment un sujet arrive sur le tapis surtout sur celui d'un abribus d'une route désertique.......là, ce fut les Toilettes ou plutôt la "propreté" des Toilettes du pays.

Les Toilettes, sujet soigneusement mis de côté dans les guides touristiques. Vrai qu'on ne visite pas un pays en rapport avec la propreté de ces lieux. Il nous reste en mémoire des souvenirs abominables de toilettes grecques et stambouliotes et quand on voit la tête des touristes sortant de ces lieux dans de grands cafés parisiens, on n'est pas très fiers d'être français même si cela n'atteint pas l'horreur de la Grèce et de la Turquie (quoique certaines toilettes publiques de villes françaises s'en rapprochent d'après une amie qui donne des étoiles!)

Mes amies sont toutes des buveuses de thé. Lors d'expéditions musées ou salons divers, c'est deux fois dans la journée "ah, super des Toilettes, tu m'attends" évidemment après leur broc du matin et la chope du midi, ça rince. Perso, j'ai une autonomie 9 -19 heures mais juste un petit café le matin, le midi un fond d'eau + expresso. Toujours une foule à attendre, à croire que ça presse au même moment. Parfois je me laisserais bien tenter mais à leur retour je demande "comment c'est ? " A leur tête, j'ai compris, tel le chien de Pavlov, finie la tentation : ça attendra 19 H.

FilleNine est une buveuse de thé, en plus, petit plaisir de vacances, nous nous abonnons à la Goldbergstar avec toutes les conséquences ! Le premier Lieu visité : celui du café de Neve Tsedek. Je laisse FilleNine en éclaireuse.... "C'est comment ?" ...."Tu peux, nickel top !".... et ce fut toujours "nickel top" dans tous les cafés-restaurants fréquentés même aux endroits redoutables comme les Toilettes Publiques de Massada, Réserve Naturelle....vieille ville de Jaffa.....
Voilà notre constat sur Tel Aviv, Jérusalem, Mer Morte : du "nickel top 100%" jamais constaté dans les pays visités d'Europe si l'on excepte les lointaines contrées nordiques. De la chance ?????
L'Office Israèlien du Tourisme n'osera jamais mentionner ce détail donc je le fais pour rassurer toutes les buveuses de thé hésitantes. Pays méditerranéen = pas un bon pronostic, au moyen-orient = le pronostic s'enfonce encore plus dans le négatif.... mais c'est Israël, il faut abandonner les idées reçues !

Image
Dans les assiettes, le "sandwich" israélien Ein Gedi

Bus...... changement rapide de vêtements au Kibbutz .... Navette pour le Spa : on devient vite accro !
Beaucoup de monde à l'entrée attendant leur bus ou navettes.... une dizaine de musulmanes.... FilleNine "qu'est-ce qu'elles font là"..... "ben, elles sortent du spa".... "Ah bon elles ont le droit ? " .... "oui elles ont tous les droits en tant qu'israéliennes !"

Pendant que le cerveau se met en totale déconnection, on goûte au plaisir sensuel des boues, des douches et bains.

Samedi matin : dernière matinée à Ein Gedi : direction le Spa !

On s'éternise dans la Mer Morte sur Volga : beaucoup de monde et du spectacle. Notre trio semble venir d'un pays de famine (je pense à Chantal et sa description des panses). Une dame entre dans l'eau avec des bouées canard autour des bras (les bouées : celles que l'on met normalement autour de la taille des enfants) Elle est entourée par des amies qui lui donnent la main, les deux mains, et l'encouragent à avancer. Bien évidemment, hors de question de se moquer des phobies mais la scène est amusante. Quant l'eau arrive au niveau de ses bras et qu'elle ose relever les pieds : ses amies applaudissent, nous faisons de même. La Mer Morte a peut-être permis à cette dame de gagner sa première victoire contre sa phobie.

De retour vers la boutique du Spa, beaucoup de monde attablé dans la grande salle en train de déjeuner avec le panier pique-nique. Certainement des locaux, familles arabes comprises. J'observe, une fois de plus, le regard étonné de FilleNine qui cette fois ne dit rien mais je lis dans ses pensées "on nous roule dans la farine et les mensonges en France !"

FilleNine et moi avons marchandé avec M'sieurCricri 45 minutes de shopping au Spa ! Des paquets de sel, des paquets de boue, des petits cadeaux pour les petiots pendant que LeCricri s'affaire au rituel "achat cartes postales". Nous avons, lui et moi, deux théories opposées. Lui : des cartes postales différentes. Moi : une très belle, la même pour tous. Je regarde son choix, pas d'accord, certaines sont nulles, je critique, il répond et on arrive aux suprêmes insultes : "t'es restée anarchiste" .... "toi, toujours conformiste" ....FilleNine arrive "les parents, c'est quoi cette engueulade, vous n'avez pas honte pour des cartes postales".... elle prend le paquet de cartes : jugement de Salomon, choisis deux différentes en plusieurs exemplaires, reposent les nulles.

Retour au Kibbutz où nous déjeunons, écrivons nos cartes postales (l'un est toujours désigné d'office pour écrire la première, les autres copiant et par principe collent les timbres).

Nous en profitons pour faire le point sur notre séjour au Kibbutz et à la Mer Morte : enchantés nous sommes. Bien sûr je regrettte que nous n'ayons pas pu aller à la plage secrète de Rachel, à la Mineral beach qui vaut la peine, au laboratoire Ahava, Ein Bokek juste pour dire Ein Gedi c'est tellement mieux ............Je propose qu'il pourrait y avoir un panneau où les touristes écriraient " Cherche voiture pour Massada - 2 personnes contre apéritif offert le soir". Lecricri me regarde : "Ma Grande....." , quand il commence par "Ma Grande.... " j'ai dû dire une demi-idiotie, effectivement : "Ma grande, c'est pas une auberge de jeunesse, ni un troc de graines de plantes, c'est un hôtel", il a une logique conformiste indéniable et il ajoute : "ce qui serait bien, 2 ou 3 voitures, électriques ou pas, en location à la demi-journée" : là je dis "génial".

Monsieur le Directeur du Complexe Hôtelier du Kibbutz Ein Gedi : "qu'en pensez-vous ? et à prix raisonnable bien sûr ".

14 heures : notre taxi est là.
On regarde une dernière fois l'oasis du kibbutz, les ocres de la montagne, la mer et avec un petit pincement au coeur : la vie me laissera-t-elle le temps de revenir dans ce lieu un peu hors du temps et même hors de tout ?

On discute un peu avec le chauffeur, je lui précise le lieu "station des shérouts pour aller à Tel Aviv" et aussitôt j'ai une intuition ( j'en ai rarement pour ne pas dire jamais, mais là peut-être un petit syndrome de Jérusalem ?) : je sais qu'il va nous proposer de nous emmener direct à Tel Aviv aussi à toute vitesse je calcule le prix du shérout + le prix du taxi à TLV (c'est bien d'avoir une petite hérédité!) et nous entendons "If you want, I can drive you to Tel Aviv"... lui aussi avait calculé rapidement (avec sa grande hérédité !) combien cela pourrait nous coûter. On tombe sur le même montant, affaire conclue.

Je ressens ce retour en taxi : pratique mais très frustrant comme regarder le pays au travers d'une vitre, absence de toute émotion (plaisir et déplaisir) contact, partage. Pour les touristes n'ayant pas de famille israèlienne : les transports collectifs, si l'on accepte tous les aléas sans stress et avec humour, restent le meilleur moyen de "ressentir" Israël.

Pour positiver ce retour : nous arriverons assez tôt pour aller voir les beaux mecs et les belles nanas sur la plage ou le front de mer..............

Suite et fin la semaine prochaine.
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

Re: DES GENTILS AU PAYS DES JUIFS !

Messagepar Christiane » Mars 29th, 2012, 7:52 pm

Mon voyage se termine...........

EPISODE 10 - YAFFO ..... ce n'est qu'un au revoir !

Dimanche - lundi : Yaffo

Hier nous avons donc retrouvé notre auberge dans le quartier yéménite, une chambre moins dangereuse, une salle d'eau un peu plus grande dont le lavabo avait dû essuyer beaucoup d'attaques vu les accessoires manquants avec un gros morceau de porcelaine soigneusement recollé mais l'eau (chaude et froide) coulait et c'était propre .
Les bagages vite déposés, en route pour la ballade de fin de Shabat du front de mer.

Ambiance animée par les familles, se méfier de la piste cyclable : les vélos se prennent pour des Ferrari. Un groupe Krishna danse et chante. M'sieur Cricri remarque les belles joggeuses, FilleNine et moi les beaux joggeurs ! Les fans du ballon jouent jusqu'à la nuit tombée sur la plage, les surfeurs cherchent la dernière bonne vague. Bref une image de cartes postales ! Difficile d'imaginer que ce pays est pratiquement en état de guerre entouré de voisins ne pensant qu'à l'anéantir. C'est le village breton d'Asterix au Moyen-Orient.

Ce matin, en route pour Yaffo, nous reprenons le front de mer en sens inverse( bien entendu après un passage de Carmel Market) . Nous repassons devant la stèle dédiée aux jeunes victimes de l'attentat de 2001. Un bouquet de fleurs fanées au pied ce qui avait attiré notre regard hier soir. J'explique : l'attentat de la boite de nuit en 2001. Ce qui avait motivé la construction de la "barrière" et du "mur". Ils comprennent maintenant. Ce n'est plus abstrait. Pourquoi cette stèle n'est-elle qu'en hébreu ? Les touristes non juifs ne suivant pas l'actualité d'Israël passeront sans savoir. Une stèle bilingue hébreu/anglais : ici, le ........ ont été massacrés au nom de la barbarie islamiste..... comme en France sur les plaques "ici le .....a été tué P... F..... résistant, par les nazis.

Pourquoi Israël communique-t-elle si mal ?

Quelques patients pêcheurs sur les rochers. Un groupe de chats de plage disciplinés, au garde- à -vous en arc de cercle, attendent également patiemment.
Yaffo est un petit bijou. D'après mon guide, les touristes donnent une "ambiance un peu artificielle" Serait-ce parce que c'est "clean", sans poubelles malodorantes, tous les bâtiments, aux vieilles pierres dorées, admirablement restaurés ? parce que si l'on suit ce raisonnement de "l'ambiance touristique" la vielle ville de Jérusalem et là je pense à la partie musulmane avec la Via Dolorosa et tous ses touristes ne serait pas " artificielle" parce que c'est crade, ça pue par endroit ? A discuter.

Image

On a passé la journée à monter, descendre, admirer les arches, les voûtes, les ombres et les éclats de soleil sur les vieilles pierres. Bien sûr, on redevenait "bobos" en entrant dans les magasins de bijoux.... juste pour le plaisir et admirer mais quand même achat de deux petits bijoux "de coeur" pour les petits et deux gravures qu'il me restera à encadrer.

Arrêt déjeuner chez les "bobos de Tel Aviv" (mon guide) : Puaa. Peut-être "bobo" mais bien sympathique dans ce décor où tout est à vendre : l'assiette, la nappe, les couverts, sa chaise, tout est dépareillé. Beaucoup de French qui repartent le soir, nous on est tout contents d'avoir encore demain matin pour flâner.

Evidement on ne râtera pas les Souks: j'ai failli me laisser tenter par trois gros carrelages (provenant d'Iran paraît-il, le lendemain ils viendront d'Irak !) j'ai marchandé et nous étions arrivés à un presque compromis quand MonsieurCricri m'a demandé "c'est pour mettre où ?" ... comme si je le savais, c'est bien masculin cette réflexion !
FilleNine vint à ma rescousse "enfin Papa, un objet déco coup de foudre, ça s'achète et après tu vois ce que tu en fais"...
C'est pas du tout parlant pour LeCricri qui abat toutes ses cartes "ton sac est plein avec tes boues, tes sels, tes cailloux de Massada... et tu es au max en kgs, j'ai récupéré ton séchoir et ta paire de chaussures que tu n'as jamais portées, alors pas de pavetons NotreDamed'Ispahan dans le fond de mon sac"
Effectivement ils sont lourds-lourds les pavetons !
Bon wait and see, comme on revient demain matin, on verra..........."c'est tout vu, marmone-t-il !"

Image

Dans ces magasins sombres des souks j'ai remarqué plusieurs fois, assis tout au fond, des adultes ou de grands adolescents qui n'atteindront jamais l'âge mental adulte. Consanguinité du temps des "ghettos" des pays arabo-musulmans ? Poignant.

La nuit commence à tomber... et si on allait au Dizengoff Center pour les derniers petits souvenirs. Toujours de bonnes âmes pour nous renseigner, pourtant notre accent french s'entend terriblement quand on speak english donc les froggies sont encore supportés. (sourires) On se débrouille comme des chefs et on prend pour la première fois le bus à Tel Aviv. Une bonne idée ce Dizengoff : FilleNine trouve moitié moins cher qu' à Carmel Market le tee-shirt pour Compagnon : celui du Che dans une étoile de David.

Le lendemain matin, lundi, à la terrasse de "notre" café (déjà des habitudes !) pour le petit déjeuner : un délicieux shakshuka, ensuite le bus pour Yaffo (de vrais Telaviviens !) : on avait raté les Puces la veille. Pour être des Puces, ce sont des vraies : de vieilles valises sans poignées, des pots de chambre percés, une chaussure et j'ai cru reconnaître la deuxième à l'autre bout du marché, des "affaires" étranges : un service en porcelaine d'Uruguay des années 50-60 d'après les fleurettes. Fille et moi on farfouille des yeux, Lecricri prend les photos... Peut-être que notre lavabo de la chambre venait des Puces et qu'il est historique.

Image

Un dernier petit tour dans les vieilles pierres dorées de Yaffo ...on s'accroche.... on voudrait rester encore.... En bas de Carmel Market on s'achète des petits gâteaux, notre jus favori fruits de la passion et on s'en va manger sur un banc. Sur un banc voisin, des SDF nous tiennent compagnie.... puis retour à l'auberge.... les valises....et le taxi.

Pendant l'attente à l'aéroport, on a un gros spleen alors FilleNine et moi on projette. Elle, combien ça pourrait coûter pour sa petite famille avec location de voiture et visiter TOUT Israël. Moi, une fois le bas de laine regonflé, retourner à Jerusalem et monter tout en haut, tout en haut............au nord et rattraper mes souvenirs d'un demi-siècle.

J'avais 20 ans à peine, c'était en 62. Juchée sur une échelle, dans le verger d'un kibboutz, j'éclaircissais les bouquets de pommes : délicatement retirer les deux petites pommes centrales afin que les deux restantes grossissent. On faisait équipe à deux. Mon co-équipier cueillait les pommes des branches inférieures. Il avait 80 ans. Nous étions dans l'équipe du matin : celle de 5 heures. Le tracteur passait nous prendre au bout de l'allée des logements.

Tout en cueillant les petites pommes on parlait, surtout lui moi je n'avais pas encore découvert le monde et ses mystères. Je l'écoutais. Il me racontait beaucoup la Bible.... sa vie du temps de la Russie puis de l'URSS, l'exode en Afrique du Sud, ses souvenirs de là-bas quand il était professeur d'anglais, sa promenade du dimanche quand il grimpait avec ses amis la montagne de Johannesbourg, ses anciens élèves de Moscou, leur décision de rejoindre la Palestine, leur longue marche à pied jusqu'au Caucase, la traversée de la Turquie, les morts par le froid, la faim, les voleurs, leur arrivée dans les marais de Galilée et la fondation du Kibbutz.

La mort de sa femme. Sa décision de venir finir ses jours parmi ses anciens élèves de Moscou survivants. Dire au revoir à son fils resté fermier en Afrique du Sud. Faire un grand tour du monde pour aller voir un fils cardiologue à Londres, un autre businessman à New-York et tous ses anciens amis éparpillés.

Alors, en haut de mon échelle je restais souvent le bras levé, immobile, avec les deux pommes dans la main. En riant, il m'appelait par mon prénom en hébreu et me rappelait qu'il fallait mettre les pommes dans le panier.

Nous avions des logements voisins. L'après midi, il faisait la sieste et étudiait, moi j'allais à la piscine. Avant le dîner, on se retrouvait souvent sur la terrasse. J'avais eu le temps de "maturer" l'histoire biblique du jour, et c'était des "Pourquoi, c'est pas juste".... "et si...." moi la petite parigote inculte, j'imaginais une autre fin à l'Histoire. Il ne se moquait jamais, il souriait, nous versait un petit verre de Cherry rapporté d'Afrique du Sud et m'expliquait la raison et le but des décisions divines. Il m'a appris à faire connaissance avec D.ieu. Sur un vieux tourne-disques, il posait un vinyl, souvent des violons...et les jours passaient ; je savais déjà que plus jamais je ne vivrais de tels moments.

A vingt ans, on veut découvrir avec ses yeux le monde, ses mystères et ses secrets. Je ne savais pas, alors, que je ne découvrirais plus rien ou si peu. Quelques années plus tard, j'ai réalisé que mon ami de Kibbutz m'avait tout dit ou presque. Peu de personnes ont la chance de croiser sur la route de leurs vingt ans un être exceptionnel, j'ai eu cette chance. J'ai régulièrement pensé à lui au cours de ce demi-siècle et pendant ce séjour il était à mes côtés.

Le Kibbutz est mort. Mes vergers de Galilée sont-ils toujours là ?

L'an prochain à Jérusalem !

Image
Dernière édition par Christiane le Juillet 8th, 2012, 11:55 am, édité 1 fois au total.
Christiane
 
Messages: 330
Inscrit le: Juin 15th, 2011, 7:46 pm

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité