Suite de ma lettre à Misha Uzan.


J’ai décidé de donner une suite à mon précédent courrier afin de préciser ce que j’ai en tête depuis quelques années. Il se passe une chose extrêmement grave et insidieuse à laquelle participent nos responsables, et au plus haut niveau : un basculement du côté des Arabes, à commencer par les pires, les Saoudiens, sans oublier les aimables émirats, bailleurs de fonds des mouvements les plus décourageants de l’Islam, parmi lesquels le salafisme.

 

Neda Agha-Soltan, née en 1982, fut tuée au cours d’une manifestation à Téhéran le 20 juin 2009. Elle reste à l’étranger l’un des plus puissants symboles de la résistance iranienne au régime des mollahs. 

 

 

Je n’ai jamais envisagé l’expression « Printemps arabe » que comme un élément d’un lexique de propagande éhontée — à moins qu’elle ne soit le fait d’une naïveté affligeante. Cette expression a pour effet de paralyser le peu de sens critique des masses, promptes à se laisser berner dans l’espoir de protéger leur petit bien-être. Bref, nous en sommes venus à dérouler un tapis rouge aux tendances les plus affligeantes de l’Islam, des tendances capables de faire sombrer dans la dépression jusqu’aux protozoaires simples, comme les amibes.

 

Le nucléaire iranien présente un danger majeur, et il ne s’agit pas de rester les bras croisés. Mais sachons porter notre regard au-delà de l’actualité et de ses tapages. Soyons vigilants, mais ne nous mettons pas à copiner avec les Arabo-musulmans sous prétexte de danger iranien. Certes, les Arabo-musulmans sont moins dangereux que les Iraniens car ils sont moins doués qu’eux et dans tous les domaines, à commencer par l’électronique, l’informatique, les jeux de la diplomatie, la philosophie, et j’en passe. Mais, je ne répèterai jamais assez qu’il est préférable, mille fois préférable, d’avoir des ennemis intelligents (les Iraniens) que des amis bêtes (les Arabes). Or, guidés par l’intérêt immédiat et le très court terme, nous nous mettons à copiner avec ces derniers. Observez l’actuel ministre des Affaires étrangères de la France, Alain Juppé, personnage désastreux, caractéristique du démagogue. Le démagogue : l’homme qui prépare la catastrophe qu’il se propose d’éviter.

 

Sous prétexte que l’Iran représente le plus grand danger, nous nous perdons en risettes et courbettes face aux Arabo-musulmans. La partie est certes plus difficile et plus dangereuse avec l’Iranien mais aussi plus stimulante et plus prometteuse. Ne nous aliénons pas le peuple iranien, un peuple qui, débarrassé de son régime, devrait entrer dans une phase de coopération féconde avec l’Occident, plus particulièrement avec Israël, une coopération que pourrait activer la communauté juive iranienne. Car on oublie que les Juifs n’ont pas été chassés d’Iran, alors qu’ils l’ont été du monde arabo-musulman, un monde en phase d’appauvrissement continu que confirme le départ des Chrétiens, après celui des Juifs.

 

Mon courrier ne plaira pas. Il y a tant de partisans du Youpi Youpa, du Happyland, des Bisounours, du Nous-sommes-tous-frères, du Touche-pas-à-mon-pote, du Multicul’, du Dialogue des Civilisations… et j’en passe. On peut lire sur le site Iran-Resist : « Nous l’avons écrit à plusieurs reprises sur ce site, le DIALOGUE ENTRE LES CIVILISATIONS (projet instauré par les mollahs) se fera toujours au détriment des valeurs démocratiques universelles et surtout au détriment de la laïcité, le principe fondamental de la démocratie. » A bon entendeur, salut !

 

 

Dans un article intitulé « La Loi d’Eisenhower », en date du 21 décembre 2011, Michel Gurfinkiel écrit :

« L’EUROPE. Elle a dû sa renaissance, après la Seconde Guerre mondiale, au protectorat américain ; elle ne parvient pas, en ce début de XXIe siècle, à devenir un ensemble géopolitique fonctionnel. Sa monnaie dite « unique », l’euro, n’existe qu’à travers une gestion déflationniste qui ralentit puis bloque la croissance, et qui, en outre, entre en contradiction avec une protection sociale généralisée, d’inspiration social-démocrate ou chrétienne-démocrate. Militairement, c’est un nain : elle ne consacre en moyenne qu’un peu plus de 1 % de son PNB à la défense contre 5 % aux États-Unis ; ceux des pays-membres qui conservent un instrument guerrier d’une certaine ampleur – France, Grande-Bretagne – ne peuvent l’utiliser qu’avec le support logistique américain, comme on l’a vu récemment en Libye. Moralement, elle est mourante : déclin général des valeurs religieuses, des  valeurs morales et de l’éthique du travail ; déclin de la démographie autochtone. Ce qui fait le jeu de la culture islamique, véhiculée par une immigration massive. »

 

L’intégralité de l’article est disponible sur le site officiel de l’auteur :

http://michelgurfinkiel.com/articles/406-Monde-La-Loi-dEisenhower.html

 

Ces considérations de Michel Gurfinkiel sont on ne peut plus justes. La dernière phrase est importante en regard de ce que j’ai écrit ci-dessus. La culture islamique est véhiculée par une immigration massive, immigration en bonne partie arabo-musulmane. Or, au point où en sont les choses, l’Europe doit réorienter autoritairement sa politique d’immigration. L’Angleterre, par exemple, devrait donner sa préférence aux Indiens hindous plutôt qu’aux Indiens musulmans ou aux Pakistanais, musulmans dans leur écrasante majorité. L’Espagne devrait donner sa préférence aux ressortissants des nombreux pays d’Amérique centrale et du Sud plutôt qu’aux Marocains, pourtant voisins. Bref, chaque pays d’Europe, du cercle polaire à Gibraltar, de l’Atlantique à l’Oural devrait reconsidérer sa politique d’immigration en stoppant la venue des Musulmans, à commencer par les Arabo-musulmans. Je le dis pour le bien de tous. Lorsque les Arabo-musulmans ne se constituent pas en communautés trop importantes, certains d’entre eux arrivent à échapper au poids navrant du groupe, à l’ochlocratie, pour enrichir les sociétés d’accueil. Mais dès que ces communautés deviennent trop importantes, l’ochlocratie leur tombe sur les épaules ; ils se découragent les uns les autres et découragent les autres communautés.

 

Le multicul’, quant à lui, est la pire atteinte faite à la culture. Il ne satisfait que la société du spectacle. Or le monde est bien autre chose qu’une suite de spectacles, contrairement à ce que croient les bonnes âmes qui ne comprennent pas qu’elles ont en face d’elles des sociétés toujours plus massives et ochlocratiques qui se chargeront de sonner la fin du spectacle sans les avertir…

 

 

Et, une fois encore, un lien vers ce site qui mérite notre attention :

http://www.iran-resist.org/

 

 

 

This entry was posted in IRAN and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to Suite de ma lettre à Misha Uzan.

  1. Misha U. says:

    J’aime beaucoup votre photo en page d’accueil. Elle témoigne du fait qu’il s’agit d’un blog sur lequel sont menés des réflexions approfondies et très intéressantes.
    Une fois de plus, bravo pour ce travail.
    MU

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*