La judéité comme la dernière forme d’aristocratie – 1/2

 

Ci-joint une intervention (sur un blog) que je rapporte dans son intégralité. Elle mérite un commentaire. Et je passe sur l’identité de l’intervenant que je désignerai par A. afin de ne pas donner l’impression de régler des comptes ou de lui tirer dans le dos. Cet intervenant ne cesse de traquer Israël, de brailler au fascisme et à l’islamophobie ; et, en fouillant sur Internet, on lui découvre un penchant pour le négationnisme et une étrange complaisance envers les islamistes : bref, c’est un individu moyen, un produit de masse, un produit des masses ; mais là n’est pas de sujet :

L’intervenant en question écrit : « Amélie Nothomb : “Je n’ai pas l’honneur d’être juive et je le regrette. La judéité est peut-être aujourd’hui la dernière forme d’aristocratie en laquelle on puisse croire. J’appartiens moi-même à une famille aristocratique : je suis donc bien placée pour savoir que cela ne signifie rien. Être juif signifie beaucoup de choses. Il y a une noblesse de l’esprit en éveil, qui s’obtient par des siècles de peur, de foi, de courage, d’intranquillité. Cette façon d’être noble appartient aux Juifs plus qu’à tous les autres. Je la salue avec respect et la remercie d’exister”. » Et il ajoute : « C’est typiquement le genre de déclaration philosémite qui contribue à l’antisémitisme par les préjugés qu’elle véhicule. »

Tout d’abord, je remercie Amélie Nothomb (dont je n’ai lu aucun livre) pour cette déclaration. Je me sens moins seul – et je précise que je ne suis pas juif.

L’affirmation de Valérie Nothomb est centrale et je vais m’efforcer de la développer, en espérant que d’autres m’aideront, qu’ils soient juifs ou non. Face à une telle affirmation – un cri –, qui fait se lever des vagues d’interrogations, je me sens quelque peu désemparé tout en me sachant aidé par une force intérieure qui me vient… Mais qui me vient d’où ? La judéité comme la dernière forme d’aristocratie… Je l’éprouve ainsi depuis longtemps et d’une manière si naturelle que je me suis longtemps gardé de l’analyser.

 

 

Cet été, en France, une grande réunion regroupe diverses branches d’une partie de la famille, quatre branches exactement, dans la propriété de celui qui porte le titre le plus élevé. Le lendemain, dans l’église du village, une messe avec la famille, célébrée par deux prêtres également de la famille. Les allusions à Israël – au peuple d’Israël – sont continues dans les célébrations religieuses chrétiennes, catholiques en l’occurrence, mais cette fois, elles prennent un ton plus direct, plus intime. L’un des prêtres insiste sur la sainteté de la mission d’Israël dans un crescendo qui culmine en une déclaration que j’espère rapporter sans forcer la note. Brièvement. Notre famille (qui compte notamment des grands maîtres de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, devenu le plus puissant ordre de la chrétienté après la disparition de l’Ordre du Temple dont il récupère les biens) est héritière du message d’Israël, de la noblesse d’Israël mais elle doit porter ce message encore plus loin, etc., etc. Mon émotion se transforme en déception. Pourquoi ? Loin de moi l’idée de me livrer à un hit-parade religieux ; ce serait stupide, contre-productif, et je risquerais ainsi de donner raison à l’intervenant.

Déception et découragement car, une fois encore, je me trouve confronté à la théologie de la substitution (ou théorie de la substitution ou bien encore supersessionisme) ; mais cette fois, je me sens plus ou moins embringué dans ce que j’ai toujours réprouvé et dénoncé. Et j’insiste : il ne s’agit pas d’attaquer une religion ou une foi donnée ; mais je ne puis cacher que cette théologie envers laquelle l’Église a certes pris de sérieuses distances poursuit son chemin et que la force de son élan est telle qu’il ne peut être arrêté d’un coup.

Pourquoi cet acharnement à vouloir dérober à l’Autre – le Juif, figure de l’Autre par excellence – ce qu’il propose ? Pourquoi ne pas se comporter en invité plutôt qu’en brigand ? Car ces opérations relèvent bien d’une forme de brigandage, conduite par des gens à l’occasion très distingués, très savants. Pourquoi s’entêter à se substituer à ? Ce faisant, on est nécessairement amené aux pires violences, car il faut à tout prix écraser ou, tout au moins, pousser de côté celui qu’on a volé, le témoin qui du fait de sa seule présence nous demande des comptes ou, tout au moins, nous rappelle notre opération de brigandage. Jésus n’était pas chrétien, Jésus était juif. La noble famille en question – et plus généralement la chrétienté –, par la voix de ses prêtres, n’a pas à se saisir du message d’Israël. Qu’elle le considère sans le chaparder. J’évoque la chrétienté mais que dire de l’islam qui vient « parfaire » le chapardage ?! Nous avons tous tellement pris l’habitude de nous installer sur le dos des Juifs que nous ne nous en rendons même plus compte.

Ce qui fausse généralement toute conversation avec ceux qui se disent de gauche lorsqu’il est question d’Israël, et qui poussent en avant et impétueusement leur laïcité, c’est qu’ils ne veulent pas intégrer le fait religieux qui constitue au moins en partie le substrat de leurs agacements, de leurs griefs, de leurs ressentiments. Ils repoussent le fait religieux sans lequel presque rien n’est explicable en la matière. Presque rien n’est explicable si on refuse l’étude de l’antijudaïsme. Il faut attraper le fil et la pelote se dévide d’elle-même ; et c’est une pelote considérable, énorme, volumineuse comme notre planète. On n’en finit pas de la dévider. Je ne demande pas aux laïques de tourner le dos à leur laïcité que je respecte (aussi longtemps qu’elle ne se présente pas comme une nouvelle religion, une idéologie) mais de considérer le fait religieux avec la tête froide, avec curiosité, une curiosité scientifique – une curiosité détachée pourrait-on dire – et de ne pas claquer la porte sous prétexte qu’en se penchant sur le fait religieux ils risqueraient de porter préjudice à leur sainte laïcité.

L’intervenant récidive : « C’est la phrase d’Amélie Nothomb qui contribue à l’antisémitisme dans le sens où elle attribue un certain niveau intellectuel et un statut social à l’ensemble des juifs. Peu importe que ces propos soient destinés à flatter les juifs, il n’empêche que ce sont des préjugés fondés sur l’appartenance ethnico-religieuse. Avec de telles déclarations, il ne faut pas s’étonner ensuite que des gens s’en prennent aux juifs en pensant qu’ils sont riches et qu’ils ont des privilèges ». Pensée confuse, syntaxe approximative, style balourd, mais qu’importe ; là n’est pas la question. Je n’ai pas rétabli le J majuscule à « Juifs » car je n’ai pas l’habitude de retoucher les citations que je rapporte.  L’intervenant ne met jamais de majuscule à « Juif », et c’est probablement une manière discrète de faire sentir combien les Juifs l’énervent avec leurs richesses et leurs privilèges…

Donc, comprenez bien et suivez la logique tordue de cet intervenant : toute parole qui honore les Juifs doit être tue car susceptible d’énerver des foules diversement frustrées et qui selon un schéma bien connu tant en terres chrétiennes que musulmanes risquent de diversement se soulager sur les Juifs – mais aussi, à présent, sur Israël, l’État juif, une désignation qui elle-même doit être tue. L’intervenant A. ne fait que confirmer une tendance générale qui consiste à dire (plutôt implicitement qu’explicitement, l’antisémitisme étant devenu chez nous répréhensible) que si les Juifs sont victimes de l’antisémitisme, c’est d’abord parce qu’ils le dénoncent – eux et leurs amis – et que s’ils se taisaient et étaient moins visibles les choses iraient mieux pour eux et pour le monde, un monde qui ne demande qu’à vivre en paix, débarrassé de l’antisémitisme et… des Juifs, à moins qu’ils ne se taisent, ne s’accroupissent et croupissent. Conclusion : tout ce qui leur arrive est plus ou moins de leur faute – et de ceux qui les défendent. C’est la dialectique (si l’on peut encore parler de dialectique) propre à l’antisémitisme, une dialectique qui active une bonne part de la « pensée » antisémite, avec « Mein Kampf » en figure de proue. Les Juifs sont responsables de tous leurs malheurs et qu’ils ne viennent pas se lamenter si nous sévissons… Mais, vous répondra l’intervenant A. : « Je ne suis pas antisémite ; la preuve, je ne veux pas qu’il leur arrive malheur et, en conséquence, je les invite à se taire comme j’invite les non-Juifs qui les défendent et les “glorifient” à se taire, et blablabla. »

Un autre intervenant, N. s’adresse à moi de la sorte : « Toute parole qui honore les uns est louable, toute parole qui les déclare supérieurs aux autres est questionnable. »  Je lui réponds : « Je suis d’accord. De même que toute personne qui se préoccupe des Palestiniens est louable aussi longtemps que ces derniers ne sont pas simple prétexte à dénoncer Israël. Sans donner dans le procès d’intention, combien de Préoccupés-par-les-Palestiniens qui ne sont en rien préoccupés par des peuples affreusement traqués, asservis, massacrés ? »

Le Palestinien n’est souvent, trop souvent, qu’un prétexte. Cette sollicitude dont ils bénéficient de la part de tant de citoyens m’est suspecte. Pourquoi ?  J’écris volontiers que nombre de ces Préoccupés penchés au-dessus des Palestiniens comme des parents au-dessus du berceau de leur enfant ne s’intéressent qu’à l’organisation de leurs prochains congés ou qu’aux résultats de leurs analyses médicales – pour faire simple. Cette sollicitude et ces areuh-areuh peuvent être raisonnablement qualifiés de suspects quand on sait combien d’autres peuples souffrent et d’une manière autrement plus écrasante. Mais rien n’y fait car derrière cette « sollicitude » (il est temps de flanquer ce mot de guillemets) se cache le seul désir de dénoncer Israël ; et derrière Israël, le JUIF. Nous avons affaire à des poupées gigognes, ces poupées qui s’emboîtent les unes dans les autres. Dans ce cas, on va de « Sollicitude », la plus grosse des poupées, et on passe graduellement aux plus petites, la plus petite étant Antisémitisme…

L’intervenant A. : « Tout le monde est d’accord pour dire que c’est le conflit israélo-palestinien qui EXPLIQUE les actes antisémites et la violence contre les juifs d’Occident. En disant ça, on ne justifie pas la violence, on analyse les causes d’un phénomène. »

Ma réponse : « Expliquer l’antisémitisme, fort bien. Le problème c’est que chacun y va de son explication. Par exemple, une explication moyenne maniée à l’envi par l’homme-moyen, par l’homme-masse, par les médias de masse : c’est la politique menée par l’État juif qui explique (comprenez : qui justifie) toutes les violences envers les Juifs de France et plus généralement de la diaspora, de l’assassinat de Sarah Halimi à l’injure en passant. Quelle convaincante explication ! Mais alors, comment expliquer l’expulsion des Juifs des pays arabes, soit près d’un million de Juifs sur plusieurs décennies ? L’homme-moyen vous assénera que c’est la fondation de l’État d’Israël, en 1948 qui a excité les Arabo-musulmans ? Quelle convaincante explication ! Mais alors, comment expliquer que les violences périodiques contre les Juifs de la part des Arabo-musulmans (pour ne citer qu’eux) remontent bien au-delà de 1948, bien au-delà de 1900, bien au-delà de… ? »

(à suivre)

Olivier Ypsilantis

 

This entry was posted in La judéité comme la dernière forme d'aristocratie and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to La judéité comme la dernière forme d’aristocratie – 1/2

  1. Tachles says:

    Il y a aussi une phrase fameuse de de Gaulle sur les Juifs, qui peut être considérée comme l’un des plus grands homages qui leur ait jamais été rendu, et certainement un des plus grands compliment jamais fait à ce “peuple d’élite”.

    Apparemment les Juifs n’aiment pas les compliments. Je n’ai jamais compris pourquoi ils avaient pris en si mauvaise part cette excessive louange.

    • Olivier YPSILANTIS says:

      Le général de Gaulle aurait pu se contenter de « peuple d’élite » et se garder d’ajouter « sûr de lui-même » et, surtout, « dominateur », ce qui amena la juste réponse de Louis Mitelberg (TIM) sous la forme d’un dessin, avec cet homme squelettique en tenue rayée posant fièrement en appui sur une enceinte barbelée.

  2. Tachles says:

    Pour de Gaulle c’étaient autant de compliments. Il aurait voulu que les Français soient sûrs d’eux mêmes et dominateurs, et non des veaux.

    Et puis, les Juifs ne sont-ils pas dominateurs? Allons, allons… Le dîner du CRIF c’est quoi? Et l’AIPAC? Et le congrès juif mondial?

    • Olivier YPSILANTIS says:

      Les lobbys juifs existent et ils peuvent être puissants. Il y a bien d’autres lobbys puissants et qui ne sont pas juifs. Rien de bien extraordinaire au fond.

  3. Hanna says:

    Comme vous le notez Olivier la réponse de Tim était particulièrement appropriée à ce pseudo-compliment.
    En fait, dans ce discours, De Gaulle en vient à se demander si” Les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : l’an prochain à Jérusalem »»
    Si nous avions été si dominateurs aurions nous du subir au cours de notre histoire pogroms, expulsions et Shoah? Non! De Gaulle, comme la plupart des occidentaux, était prêt à nous tendre un mouchoir et penser nos blessures du moment que nous continuions à supporter gentiment les débordements antisémites. Mais voilà que nous revenons en Israel, et des lors il craint notre “ardeur conquérante”. D’ailleurs lorsqu’on lui a demandé le pourquoi de cette phrase, il a cette réponse “Ils n’avaient qu’a pas tirer les premiers!” Alors que les états arabes avaient mobilise déjà depuis un mois et que les Egyptiens avaient fermé le détroit de Tiran!
    Ne pas tirer les premiers, c’est ce qu’on a fait en octobre 1973 pour être moins sûrs de nous et moins dominateurs.
    Résultat: lors de la guerre des 6 jours 779 tués et 2793 blessés et lors de la guerre de Kippour 2800 tués et 5596 blessés. Comme disait Golda Meir: je préfère les reproches aux condoléances.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*