Des histoires dans l’Histoire, encore et encore – 3/3

 

J’ouvrirai cette série qui pourrait être infinie par la mort de trois photographes que je connais essentiellement par la Guerre Civile d’Espagne, trois amis, trois collaborateurs : Gerda Taro, Robert Capa, David Seymour :

Gerda Taro le 26 juillet 1937, tôt le matin, expire, les jambes écrasées par un T-26 ami conduit par Aníbal González. Dans la précipatation, il ne s’était aperçu de rien. Un camarade, Fernando Plaza, conducteur d’un T-26, lui dira simplement, une fois le danger passé : “¡Te has cargado a la francesa!”

Robert Capa, sur la route de Nam Định, à Thái Bình, près de la frontière laotienne. Le 25 mai 1954, à 14 h 55. Malgré l’avertissement du chef de patrouille, il monte sur un talus qui longue la rizière pour mieux photographier la scène et marche sur une mine antipersonnel. Ce que j’ai découvert assez tardivement, c’est qu’il existe des photographies en couleurs de sa dernière série. Un détail qui m’intrigue encore : un soldat de cette patrouille est en chemise blanche, ce qui attire terriblement l’œil.

 

Robert Capa, sur la route de Nam Định, à Thái Bình (Indochine).

 

David Seymour tué dans le Sinaï le 10 novembre 1956 par un soldat égyptien. Tué avec lui, le photographe Jean Roy. Le photographe Enrique Meneses (19a rédigé un compte-rendu détaillé des circonstances de la mort de ses deux collègues.

Souvenir d’une lecture passionnée, un jour de pluie, en Bretagne : « L’affaire du Laconia », de Léonce Peillard, publié chez Robert Laffont dans la collection Ce jour-là (en l’occurrence : 12 septembre 1942). Souvenez-vous de Werner Hartenstein, commandant de l’U-156 :

https://www.youtube.com/watch?v=azUCuJRyqa4

L’histoire a été portée à l’écran, « The Sinking of the Laconia », une co-production anglaise et allemande présentée en deux parties sur BBC 2, le 6 et 7 janvier 2011.Ci-joint, le trailer :

https://www.youtube.com/watch?v=VkfhmF3vfak

Le fils de Staline, capturé au cours de l’été 1941 par les Allemands qui auraient proposé un échange avec Friedrich Paulus, une offre repoussée par Staline. Les circonstances de sa mort ne sont pas claires. S’est-il suicidé en se jetant contre une clôture électrifiée, a-t-il été liquidé suite au refus de son père, a-t-il été abattu pour avoir refusé d’obéir à un ordre ?

On connaît l’affaire T. D. Lyssenko, une affaire étudiée par le généticien roumain Denis Buican (Dumitru Buican-Peligrad) et qui montre l’ineptie des conceptions scientifiques staliniennes. On connaît moins Ilya Ivanov Ivanovich et cette histoire de Humancé. Ilya Ivanov Ivanovich, un spécialiste de l’insémination artificielle, notamment par la création d’hybrides entre espèces qui partagent des caractéristiques génétiques. Début 1910, au cours d’un congrès, il déclare qu’il est possible d’obtenir par insémination artificielle un croisement d’homme et de chimpanzé, un « humancé », considérant que le patrimoine génétique de l’un et l’autre est commun à 96 % / 98 %. Ainsi insémina-t-il avec du sperme humain des chimpanzés femelles puis avec du sperme de chimpanzé des femmes (volontaires). On a dit que Staline suivait avec intérêt ces expériences et qu’il rêva de mettre sur pied une vaste armée constituée d’Humancés, supposés plus dociles, plus économes, plus résistants, plus efficaces car moins émotifs et moins préoccupés de questions morales. Mécontants de ses échecs, Staline envoya le chercheur en exil, dans le Kazakhstan où il mourut.

Parmi les emblèmes de la Guerre Civile d’Espagne, le T-26, le mono azul (qui fut aussi le nom d’une publication hebdomadaire de La Alianza de Intelectuales Antifacistas), la camisa azul, el yugo y las flechas, le rouge et le noir de la C.N.T. / F.A.I., le casque Modelo 26 “con alas”, etc.

La belle-fille du général Agustín Muñoz Grandes a envoyé une lettre à la mairesse de Madrid, Manuela Carmena, suite à la decisión de son équipe de retirer le titre de Hijo Predilecto au général José Moscardó Ituarte et à celui qui fut président du Gouvernement, Carlos Arias Navarro.

Luis Cervantes Dato et le siège de Baler.

5 janvier 1996, Yehia Ayache, dit “L’Ingénieur”, est liquidé par le Shin Bet grâce à une charge explosive installée à l’intérieur de son téléphone portable.

27 mars 1979, je me souviens de l’attentat contre le restaurant universitaire du foyer juif (on disait de préférence “israélite”) de la rue de Médicis. Ci-joint, deux courts documentaires INA (information diffusée respectivement par Antenne 2 et TF1) :

http://www.ina.fr/video/CAB7900523801

http://www.ina.fr/video/CAA7900416501

Le Doggerland.

 

 

La défaite d’Alarcos en 1195 et la victoire de Las Navas de Tolosa en 1212.

Manuel Fal Conde le Carliste s’exile au Portugal d’où il s’oppose au Decreto de Unificación du 19 avril 1937 puis, de retour en Espagne, il s’oppose au recrutement des Carlistes dans la División Azul.

Les Grupos de Acción Carlista (G.A.C.) et leurs contacts avec l’E.T.A. Militar.

The Drunkards Cloak.

Louis-François Perrin de Précy et Jean-Baptiste Agniel de Chenelette, glorieux défenseurs de la ville de Lyon, déclarée « ville rebelle », face aux hordes de la Convention.

Souvenir de lecture, une nouvelle de Jean Giono intitulée « Une histoire d’amour ». Où je découvre l’histoire des Verdets.

Le KV-1 et les exploits de Zinovy Kolobanov.

Une nouvelle toute fraîche, le 24 mars 2017 dans la soirée, Mazen Fuqaha, un terroriste du Hamas, a été liquidé de quatre coups de pistolets équipés de silencieux. Je lève mon verre à la santé du… Mossad.

Olivier Ypsilantis

 

This entry was posted in HISTOIRE and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*